#2 LES YEUX (brut)

L’étage LES YEUX la chambre LES YEUX la chambre est sur l’atelier LES YEUX l’atelier dans la maison LES YEUX la maison est dans la brûlure LES YEUX dans la brûlure de la charpente LES YEUX la brûlure du toit LES YEUX toi le lieu brûlé LES YEUX qui piquent de ce brûlé-là LES YEUX l’ombre des poutres pas là LES YEUX la fumée dans LES YEUX ne rien reconnaître LES YEUX le parpaing au milieu LES YEUX la chambre LES YEUX le mur en parpaing au centre LES YEUX la maison brûlée LES YEUX la chambre brûlée LES YEUX brûlés non pas LES YEUX la chambre dans laquelle pousse une forêt LES YEUX les branches d’arbre dans LES YEUX le lit de l’enfant LES YEUX des feuilles mortes plein le lit LES YEUX les draps LES YEUX les draps froissés comme lierre LES YEUX le lit comme pierre LES YEUX la mousse sur pierre lit LES YEUX les pierres vieilles la mousse de forêt bois de lit LES YEUX la moisissure de sous-bois LES YEUX dans le lit d’enfant LES YEUX le sous-bois LES YEUX le sous-le-lit LES YEUX les monstres LES YEUX les monstres de l’enfant LES YEUX troncs travers chambre LES YEUX mur en parpaing LES YEUX parpaing n’oublie rien LES YEUX parpaing rayonne LES YEUX la chambre rétrécit LES YEUX parpaing pousse fort LES YEUX la chambre réduit LES YEUX le mur réduit au silence LES YEUX réduit l’espace LES YEUX l’espace au silence LES YEUX les cris d’enfants LES YEUX la maison brûlée vive LES YEUX comme vive la piqûre LES YEUX surprise plage la piqûre vive LES YEUX l’incendie comme vive LES YEUX souvenir brûlé LES YEUX souvenir cuit LES YEUX souvenir cendre LES YEUX souvenir peau vive LES YEUX souvenir poussière LES YEUX le feu la brûlure crie LES YEUX plats LES YEUX couché par terre entre les arbres LES YEUX entre les troncs LES YEUX entre les souvenirs LES YEUX entre les flammes LES YEUX l’arbre vivant LES YEUX crus LES YEUX l’atelier vide LES YEUX le ciment piqueté LES YEUX piqueté plein cendre LES YEUX cuir pleine peau LES YEUX les milles trous en bas LES YEUX la forêt chambre LES YEUX la chambre forêt LES YEUX la chambre bois LES YEUX la chambre en haut LES YEUX la petite chambre LES YEUX le petit bois LES YEUX est entré par les yeux LES YEUX l’atelier brisé

A propos de Juliette Cortese

A tâtons dans la langue, Juliette Cortese essaie des trucs, essaie d’écrire, essaie d’écrier les phrases muettes de son intérieur dans une forme audible à d’autres. Elle ramasse les minutes libres et les colle ensemble pour bricoler des écritures (voir blog), et occasionnelles vidéo(écriture)s. Travaille à ce que l’écriture devienne un peu plus le travail des jours de semaines, aux heures de bureau : ateliers d'écriture et accompagnement, formation, analyse des pratiques avec l'écriture. Ecriveuse des dimanches et jours fériés pas chômés, mal-finisseuse aspirant à mieux, sinon pianiste obéissante au texte.

13 commentaires à propos de “#2 LES YEUX (brut)”

  1. ça fait trauma ou cauchemar qu’on n’arrive pas à oublier, ton truc ! j’en frissonne, là ! — et c’est parfait, les frissons, pour un jour de chaleur intense au dehors ! haha ! bises à toi, Juliette !

    • Bah, pour un texte incendiaire, c’est étrange pourtant ! LES YEUX ! Mince, ça devient tic de langage, ce coup-là LES YEUX ! Boh, François, LES YEUX ! on fait comment dans ce cas ? LES YEUX !

      Arf, bises !

  2. « L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn » ; Etait-il l’incendiaire ? En tout cas, ça sonne d’enfer !

  3. Très touchée, LES YEUX souvenir cendre LES YEUX souvenir peau vive, ça résonne beaucoup. Merci