A propos de Caroline Diaz

Née un premier janvier à Alger, enfant voyageuse malgré moi. Formée à la couleur et au motif, plusieurs participations à la revue D’ici là. Je commence à écrire en 2018 en menant un travail à partir de photographies de mon père disparu, en attente de publication. Depuis j’explore la mémoire familiale. mon blog : https://lesheurescreuses.net/

#photofictions #03 | cette jeune femme

Dans cette lumière douce et basse c’est elle, cette jeune femme, la trentaine, ces yeux bruns, cheveux courts et noirs, une frange. Elle porte une chemise à grands motifs ethniques, on est en 1972. Les paupières inférieures sont gonflées, enveloppées d’ombre et de mascara défait. Elle sourit, un de ces sourires qu’on va chercher loin. Elle est assise devant une Continuer la lecture#photofictions #03 | cette jeune femme

#photofictions #02 | cette photographie, ma préférée

Cette photographie, ma préférée. Je me souviens à peine de ce visage, ou plutôt de cette époque, j’aurais voulu la photographier encore, j’aurais voulu retrouver cet abandon. Dans l’appartement de Bastia un matin, des murs clairs, des meubles en bois d’érable massif, miellés de cires, volutes de fumée, son visage, celui du matin. Elle allumerait sa cigarette, dans ce geste Continuer la lecture#photofictions #02 | cette photographie, ma préférée

#photofictions #01 | depuis la corniche Kennedy

On revenait à Marseille pour une semaine, c’était l’automne, on avait loué un appartement sur la corniche Kennedy, à la sortie de l’anse de Malmousque, face à la mer, avec une de ces loggias vitrées qu’on trouve souvent par ici. On n’avait pas imaginé que ce serait un tel saisissement, une telle lumière, ni que le Frioul serait juste en Continuer la lecture#photofictions #01 | depuis la corniche Kennedy

#40jours #34 | kocham cię

C’était pendant le cours de maths, quelques coups frappés à la porte, on a immédiatement reconnu la silhouette longiligne du principal, on s’est tous levés, il s’est retourné vers le couloir, il est revenu en poussant doucement dans la classe deux enfants blonds et frêles. Il a posé ses mains sur leurs épaules, je me suis demandée s’il les encourageait Continuer la lecture#40jours #34 | kocham cię

#40jours #33 | débordements

…les hallucinations hypnagogiques les cauchemars les insomnies la sonnerie du téléphone aux aubes ses yeux perdus dans le vide sa marche funambule au bord du canal la chaleur la nuit l’obscurité les anti-IVG les femmes qui meurent sous les coups des hommes la vitesse les trottinettes électriques et furieuses et les motos folles les tentes sur les trottoirs la ville Continuer la lecture#40jours #33 | débordements

#40jours #31 | rien du ciel

on avait pris la route vieille, on avançait dans la nuit muette — la chaleur frôlait les buissons — on ne devinait rien du ciel, tout baignait dans une même obscurité — on ne voyait pas les ravins sur les bords mais il y avait quand même le vertige — on ne voyait pas les arbres déracinés ni les rivières — on Continuer la lecture#40jours #31 | rien du ciel

#40jours #30 | tu avais envie de revenir

tu avais envie de revenir, quand durant toutes ces années tu prétendais le contraire. tu n’aimais pas l’air tiède qui te saisit à l’arrivée, ni les pierres. tu avais envie de revenir, parce que cette fois tu n’avais pas été à Bastia, tu l’avais bien vue du ciel, tu en avais retrouvé les grandes lignes — le rectangle impeccable de Continuer la lecture#40jours #30 | tu avais envie de revenir

#40 jours #28 | pas que tu sois dépensière

rendez-vous compte madame, votre relevé bancaire c’est un roman : le boucher le primeur le restau du coin le week-end à Barcelone, tout est là noir sur blanc, tu t’en fiches un peu — rien à cacher — ce qui t’ennuies c’est de pointer, vérifier qu’il n’y a pas eu arnaque ou fraude et ça en fait des lignes à vérifier, Continuer la lecture#40 jours #28 | pas que tu sois dépensière

# 40 jours #27 | c’est lui sur la photo ?

Cette cérémonie, tu t’en souviens ? C’est Antoine sur la photo ? Tu penses que c’est lui ? C’est étrange non ? Tu crois vraiment que c’est le même homme ? Tu reconnais son regard ? Tu ne trouves pas qu’il a l’air triste sur ce portait ? Annie lui ressemble, non ? Tu sais s’il avait quelqu’un dans sa vie ? Il n’a jamais été Continuer la lecture# 40 jours #27 | c’est lui sur la photo ?

#40jours #24 | tu ne verrais rien d’Alger

prologue : après avoir lu la contribution de Xavier Georgin, je réalise que dans une presque simultanéité, alors que nous ne nous connaissions pas encore, nous avons tous deux envisagé d’aller en Algérie. Enfin lui a été bien plus loin, il avait acheté son billet, obtenu un visa, moi j’ai eu peur. Hahahaha / Viens me rejoindre / Tu n’es Continuer la lecture#40jours #24 | tu ne verrais rien d’Alger