Nouvelle vague

dehors c’est l’hiver encore                 le soleil de février éclabousse                 les couloirs du lycée                                 où se balancent les portes                 coupe-feu                 nous quittons le bal de l’atelier vidéo               dans les couloirs                  la lumière d’un samedi pâle et froid                   sentir le trouble                  jambes molles                   c’est peut-être de revenir sur les lieux                  comme on entre dans un secret                      tu portes un lourd manteau de laine brune                   le soleil éclabousse encore               chauffe le lainage                 tu t’es appuyé contre le mur                   je me suis glissée dans le manteau                  je  me suis glissée contre toi                   nous sommes restés debout                   nous sommes restés                 immobiles                   longtemps                 l’un contre l’autre                   dans la lumière                   dans février pâle                   nos souffles en un seul                  puis dans la réserve                  capharnaüm                  un tube de gouache bleu outremer                   bleu Klein                   je veux jouer avec la couleur                   du tube ouvert surgit l’odeur de la couleur                   du bleu outremer                   je sens encore                   l’odeur de métal mouillé                   la peinture sur les doigts                   avons nous peints                   avec nos doigts                    je veux laver le bleu                   dans les toilettes pour filles                   en ouvrant  le robinet c’est un concert de cuivres                    les instruments résonnent dans les toilettes                  nous tournons                  encore                   le robinet                  pour accorder  les cuivres                  les mains bleues                   sous l’eau froide                  la peinture s’éloigne                  en tourbillons sur l’email abimé                  j’ai soif                   je bois                  la bouche au robinet                   je fais mine de vouloir t’arroser                  avec l’eau froide qui se balade                   d’une joue à l’autre                  mais je ris                  alors je bois encore                    je m’approche de toi                  je fais glisser l’eau fraîche                  de ma bouche à la tienne                   nous nous embrassons                   mains fraîches contre peaux tièdes                   nous sommes restés                   

A propos de Caroline Diaz

Ici débutante, pas de site, pas de blog. Page Facebook dédiée à un travail d’écriture et de mémoire sur mon père : https://www.facebook.com/CarolineAM.Diaz

8 commentaires à propos de “Nouvelle vague”

Laisser un commentaire