Proposition 2 ROUGE

ROUGE n’est pas ROUGE quand on l’oublie endormi et quand ROUGE est découvert il est extrêmement ROUGE comme rien n’est ROUGE sauf ce ROUGE extrêmement ROUGE que l’on a jamais cru ROUGE comme on a jamais cru rien ROUGE d’ailleurs même si c’était un peu ROUGE aux entournures c’était rien qu’un peu on voyait pas le ROUGE c’était comme un jeu de cache-cache sans qu’on sache que ROUGE était caché on savait pas ce qu’on cherchait dans la palette de couleur de la vision du réel on confondait ROUGE et pas ROUGE le monde allait ainsi sans que ROUGE ne sembla se manifester outre mesure à un moment c’est peut-être que ROUGE chercha des amis dans le regard de ceux qui ne remarquent pas ce qui appelle l’attention attention pas remarquer ne veut pas dire pas voir ce ROUGE si ROUGE et si ROUGE se manifeste c’est maintenant l’impression d’un déjà vu ROUGE si ROUGE qu’il gagne entièrement la vision je vois ce ROUGE si ROUGE que j’ai cru voir avant de l’avoir vu je le vois maintenant ROUGE si puissant qu’il me rend ROUGE moi-même comme si ROUGE devient mon véhicule ROUGE mes yeux ROUGES les veines de mes yeux ROUGES mon corps ROUGE je suis ROUGE comme ce quelqu’un de ma parenté ROUGE avant moi qui m’a transmis le gène ROUGE dans le sang ROUGE un ROUGE sacrément liquide déverse des litres et des litres de ROUGE tant que je n’ai jamais pu en boire tant que je nage dedans ROUGE n’a vraiment pas de sens ROUGE profite du plaisir tout ce volume que l’on voudrait embrasser ROUGE chant du découvreur de pétrole pétarade de l’amour inconditionnel parmi les humains de nature ironique étonnés que la vie soit si ROUGE en certains moments ROUGES super inattendus c’est pour ça je t’aime ROUGE s’échappant d’une fente sans raison comme une fuite de réacteur nucléaire avant je me faisais chier mais depuis qu’un volcan ROUGE est entré en éruption sur mon trottoir j’ai vraiment plaisir ROUGE à me lever le matin contourner l’obstacle et boire du ROUGE 

A propos de Didid Didid

Recherche

Une réponse à “Proposition 2 ROUGE”

  1. Rétroliens : ÉTÉ 2019 #02 | un parpaing de phrase – Tiers Livre, les ateliers en ligne