Table à repasser

1/ Table. Table à repasser. Linge. Linge à repasser.

2/ Jours. Jours à défroisser.

3/ A quelques pas du lit il y a la table à repasser. Du lit on voit les pieds. On voit le linge qui est posé. Pas le dessus de molleton cramé. — Tu laisses ton linge sur la table, pour repasser tu fais comment ?

4/ C’est une table ancienne d’ossature délicate des pieds d’aluminium semble-t-il. ( — C’est léger, non, l’aluminium ?) De longues pattes comme celle d’une sauterelle. Là, elle est à sa hauteur maximale. On peut régler les hauteurs. Au moins trois. Pour des repasseurs en trois catégories de tailles. — Des repasseurs ou des repasseuses ? Les hommes se glissent parfois dans les vapeurs de linges. Le monde change vois-tu. Les repasseuses de Degas ( la rousse au bras droit long comme les jours sans nuits il pèse sur le fer quand le regard s’enfuit par une fenêtre qu’on ne voit pas ) ou celle de Reverdy ( Autrefois ses mains faisaient des taches roses sur le linge éclatant qu’elle repassait. Mais dans la boutique où le poêle est trop rouge son sang s’est peu à peu évaporé. Elle devient de plus en plus blanche et dans la vapeur qui monte on la distingue à peine au milieu des vagues luisantes des dentelles ). — Vous aviez cherché repasseur ?

5/ Approchez, soulevez le linge qui est posé. Ce linge qu’il faudra déplacer pour le repasser. Voyez le molleton marqué au fer. La douce couche ouatée celle qu’on a blessée et qui a recueilli les brûlures. Un enfant avait crié, le lait avait peut-être débordé, le téléphone sonné? — J’ai connu une femme, une poétesse elle avait mis le feu au molleton. Pour la strophe d’un poème. Pour un mot, un seul mot, la chambre brûla (le poème n’enflamma personne).

A propos de Nathalie Holt

Rêve de peinture. Pose et dessine à la Grande Chaumière. Entre aux beaux arts avec un dossier fait la nuit. Rôde à la Sorbonne : trois ans de philosophie. 1981 premier décor de théâtre. Se prend au jeu. S'appuie sur la mémoire des studios et plateaux de l'enfance. Vue rétrospective et oblique. Enfant de la balle. Apprend son métier sur le tas. Ne peint plus que des maquettes ou des murs plus hauts qu'elle. 30 ans de théâtre. Se promène avec un appareil photo, argentique puis numérique, tout en manuel, sans technique.

6 commentaires à propos de “Table à repasser”

  1. Heureuse de te lire à nouveau, par hasard, à reception quand tu as posté. Très beau, très doux, recueillir les brûlures… pour un lait qui déborde. J’aime. Et si tu finissais par une question, plutôt que par ce jugement qui me chiffonne. Repasseurs, repasseuses… Mais je comprends ton désir de chute qui casse. Lol. Merci, c’est très beau.

Laisser un commentaire