j’apprends à lire


J’ai un gadget sur mon téléphone : il prend 2 photos successives, avec 2 réglages différents, et les mélange ensuite en une seule ("HDR" : ‘high dynamic range). Donc, à cette halte sur l’autoroute, en pleine Beauce, sous pluie battante, je photographie un magnifique panneau publicitaire vide, puis une éolienne demi-sortie du brouillard. Ce matin je cherche les images, mais je n’avais pas vu qu’il y avait un bouton SAVE, elles se sont évaporées. Pas la première fois que je perds des images, en fait sans être vraiment convaincu d’avoir perdu beaucoup : après tout, je l’ai vu, c’est le principal ? Me reste cette image faite aussi avec le téléphone, mais comme carnet de notes. Où est-ce qu’ils récupèrent ce qu’ils vendent, de quelle faillite ou vente en gros ? J’en avais fait un inventaire imaginaire dans Autoroute. Sur ce présentoir, l’annonce J’APPRENDS À LIRE en majuscule. Le planisphère, le corps, la lecture : trois fondamentaux qu’on trouve déjà dans Rabelais. S’y rajoute L’Union européenne – citoyen d’Europe plutôt que citoyen du monde ? Au temps des expulsions de roms, ce truc bradé, ça méritait l’image, non ?



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 septembre 2010
merci aux 439 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Au retour d’un passage chez le marchand de journaux - qui à part les anciens enfermés peut imaginer le privilège que c’est, passer voir à l’heure qu’on souhaite si le journal est arrivé ? -, remarquer le soin mis par un passant précédent à se débarrasser d’une petite bouteille vide.

    Réveillée au matin dans un rêve amoureux, impossible ensuite de s’en arracher. Du retard dans le travail. Je l’ai aidé à s’y remettre et il (ou plutôt : penser à lui) m’empêche d’avancer. Ma vie ne ferait-elle que se répéter ?

    Devrais-je me reconvertir en tueur (1) à gages pour enfin changer, sortir de la dèche chronique et être respectée ?

    PS pour PdB : entendu mardi soir dire le plus grand bien par un fin lecteur du bouquin du frangin.

    (1) tueuse fait bizarre, n’est-ce pas ?

    Voir en ligne : traces et trajets

  • (Kms t’assures à mort avec Stan, jte jure vraiment) (Gilda-j’y dis, y sera content-, t’assures aussi avec Billie : " je ne sais pas pourquoi, mais je me sens tellement triste") (hein) c’est juste comme moi, je sais pas pourquoi, j’ai un boulot de dingue, faut que je le fasse, impossible ; ce midi j’ai mangé un reste de rôti (faut vraiment être con, et en plus paresseux et abruti) qui datait sans doute de dimanche (c’est pas trop quand même) j’ai cru que j’allais y passer (ça me fait ça, quand je mange quelque chose qui ne me va pas) : acte manqué réussi comme dit l’autre ? Faut que je me mobilise, bordel de merde (la photo dans le jardin lux ce matin, ma main à couper qu’elle est américaine) (la joggeuse, pas ma main) (la "joggeuse" : qu’est-ce que c’est encore que ce mot de merde ? je vais mal)(la coureuse à pied vous a une autre allure)(c’est le cas de le dire) (déjà que ça a l’air un peu demeuré ce genre de bipède, mais avec un nom pareil...) (jamais aimé la course à pied, j’y peux rien) (si en plus ça met sa casquette, son pantalon sandwich plus le casque musique et tout le kit...) (ça c’est Paris) (je l’ai prise d’un peu loin-je suis timide des fois-, recadrée mais elle est quand même pas mal) (surtout avec les filles) (je trouve) (j’aime les photos) (personne n’est né le 7 septembre, c’est quoi ce bordel ?) (on s’en fout, ça y est, c’est trop tard) (cette nuit entre 1 et 2 un doc sur les tours jumelles qui s’effondrent, on n’a pas fini d’en chier-l’année prochaine dix ans, ça va donner)(le cinglé qui veut brûler une exemplaire du livre est vraiment bien étazunien je trouve, style kkk)(dlamerde)(je suis remonté)