Melle, grenier du tribunal

chemin vers vidéo de Ha Cha Youn dans l’ancien tribunal d’instance de Melle




Emu, à la Biennale de Melle, par la possibilité de déambuler, maintenant qu’il a été fermé (mais tout est resté en place dans le bureau du juge, les livres, le bureau et le fauteuil, la glace craquelée), dans l’ancien tribunal d’instance. Instantanément, montant les marches en spirale de la vieille tour, je retrouve le détail des ouvertures de fenêtres, de l’arrondi central, de la vieille tour qui nous servait d’escalier à Civray en 1964. Les mêmes artisans ? Dans le grenier, même sensation, l’odeur aussi est pareille. C’est dans le grenier que je regarde la vidéo de Ha Cha Youn. Tournée à Poitiers, avec des objets, sacs, valises, matelas usagé, vieux vêtements, achetés à Emmaüs, une pelleteuse louée pour la journée – et décor urbain sous rocade en surplomb. Les images d’exil et d’émigration font partie de l’inconscient collectif. En ces temps d’expulsion, et du mépris sarkozyste oubliant le ministère de l’identité nationale pour nous infliger sa guéantisation finale, on sait où s’ancre notre communauté d’art, et celles (ceux) qui montrent le chemin.




François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 juillet 2011
merci aux 426 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page