Marseille pieds nus

tout le journal images, ou
une autre date au hasard  :
2020.03.09 | football

À Marseille, il est interdit d’aller dans la ville pieds nus.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 septembre 2011
merci aux 1305 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Dans tout Amsterdam, on peut marcher pieds nus.

  • celui qui quête, face marché, sous l’auvent d’une boulangerie huppée ; main fracassée cette nuit, impossible de lui faire comprendre où un médecin pouvait le soigner : "je pas français". Percevoir sa peur aussi. Nous nous sourions depuis trois ans, chaque semaine.

  • ça bosse, ça construit, ça monte (je me demande à quoi sert le petit tonneau bleu, au dessus du préfabriqué blanc)

    • le type au casque regarde ce qui se apsse (ces photos sont d’hier, aujourd’hui, on a droit au gris uniforme sur Paris) (dlamerde) (toute la journée à bosser) (ça se termine)

    • allais écrire appartement troublé ai téléphoné hier pour dire que oui je le prends, pas très loin d’ici c’est celui où mort récente mais comme dit ma sœur qui n’a pas de mort(s) dans sa maison, n’ai pas vu le jardin c’est celui du fond alors repris les cartons, vidé le cellier trouvé des peintures et des dessins abîmés pris photos puis jeté

    • je me suis planté d’image, c’est celle-ci où le type avec son casque etc. (il est bleu, on le voit à peine) (le casque, pas le type) (enfin si le type aussi, mais il est noir) (le type pas le casque)

    • dix gros sacs noirs alignés dans le couloir des revues des photocopies de cours des peintures abîmées des vieilles casseroles des pulls déchirés des coussins mous des crayons des pigments des journaux des bouts de carton des petits coffrets vides, gardé des 33 tours deux peintures

    • touchée par la voix hésitante d’Aram à qui je dis à bientôt pour le cours de français d’Elen sa femme, il m’explique le nouveau rendez- vous à l’ofpra , je mesure combien mes propres inquiétudes sont petites face à l’attente quotidienne de ceux qui n’ont pas encore de pays d’accueil

  • on passe sa vie au travail, on ne se pose même plus la question, on nous dit que quand on va au ciné, ce sont des loisirs culturels (conneries) des pratiques culturels (salades) et on est en train de mesurer qui lit quoi, quand et qui regarde le poste pendant combien de temps (dlamerde) (cet immeuble n’est pas là d’être construit-mais c’est un logement social faut comprendre) (à quatre pas de lui, un autre qui fait le coin a eu le temps d’être démoli, rasé et reconstruit- enfin j’exagère mais pas tant que ça) (j’ai vu "Sogni d’oro" hier soir (Nanni Moretti, 1986- "la messe est finie" est de 85) il y a là un goût pour la haine qui me déplaît (je n’aime pas quand on crache sur un acteur ni quand on bat une femme, serait-elle sa vieille mère à l’écran, serait-ce en rêve serait-il en or, c’est comme ça)