Bruxelles troué


Une semaine sur deux à Louvain, mais ça n’aura même pas duré trois mois, difficile arrachement, tant les micro-déplacements, territoire, temps, identité, sont plus complexes que prévus à appréhender. La ville même de Louvain aussi, toute plantée dans sa campagne, sans cimetière, avec juste ce terminus de voie ferrée pour desserte. Mais c’est avec le contournement de Bruxelles non plus, que je n’avais pas fini. Ces blocs de maisons enserrées mais trouées, ou ce qui est habité et ce qui ne l’est plus semble imbriqué de façon indémêlable. Je n’étais pas au bout de la proposition Louvain, j’ai du mal à l’idée que ça s’arrête à peine ça commençait. Me resteront ces paquets de photos prises à chaque voyage, ou le rêve de redescendre dans ce parking souterrain reconverti en archives pour la fac. Si j’étais belge, avec la Belgique j’écrirais des romans.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 novembre 2011
merci aux 460 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Nage toujours un peu plus que je n’écris en ce moment, aussi ces chiffres sont inexacts. Piège du dimanche où la piscine ferme à 6h, les bassins à 5h30. On entend que ça tape dans les mains, il faut sortir, la nuit tombe, tous sous le sèche-cheveux, chaussures sans chaussettes et dehors. Parfois perdue dehors, parfois non.

    Voir en ligne : Fenêtres open space

  • (il y a toujours de ces coïncidences, c’est bien) aucune idée spéciale, seulement l’envie il y a quelques semaines de s’en aller ensemble voilà tout, et pourquoi pas une heure trente de train (beaucoup trop court) et trente quatre heures sur place (le luxe) le temps d’aller ici, de manger des frites à la friterie de la chapelle, de boire un verre au bout des galeries saint hubert (arcady je crois) de voir et de haïr ce que présente en défigurant la place l’électricité belge (à vomir) et voilà tout, back in Paris (la photo : sous la gare du Midi - et le souvenir des rendez-vous d’Anna)

    • je travaille depuis le 15 novembre et comme dit ma sœur cadre au pôle emploi il faut trouver une autre " activité" car oui gagner 500 euros par mois c’est pas possible, l’autre sœur me dit oui c’est bien beau d’écrire mais tu fais quoi de ton temps ?

  • Je relis à l’instant quelques passages féroces de Baudelaire "Sur la Belgique" et ses notations concernant notamment Bruxelles.
    Une parmi d’autres (La Pléiade, "achevé d’imprimer sur Bible Bolloré" le 8 avril 1966, pages 1324 et 1325) :

    "CARACTÈRES GÉNÉRAUX

    Pas de vie dans la Rue.
    Beaucoup de balcons, personne au balcon.
    Petits jardins au fond de la maison.
    Chacun chez soi. Portes fermées.
    Pas de toilettes dans les rues.
    Pas d’étalages aux boutiques.
    Ce qui vous manque, c’est le fleuve, non remplacé par les canaux.
    – Une ville sans fleuve.
    Et puis les montées perpétuelles empêchent la flânerie."

    A Paris, on découvre même la lune.

    Voir en ligne : Le Tourne-à-gauche