une nuit au théâtre (pour 79 euros)

tout le journal images, ou
une autre date au hasard  :
2020.05.17 | Balzac tout nu

Jamais pu m’empêcher d’examiner, sur les aires d’autoroute, ce qui est proposé à la vente aux camionneurs – il en passe assez venus de Pologne ou de Hongrie, peut-être qu’ils revendent chez eux. Et quand on dort dans son camion, normal de fermer d’un rideau l’habitacle. Mais celui-ci, avec glands et cordons, rideau rouge et dorure, c’est la Comédie Française à domicile. Seulement la scène est de quel côté : vous qui vous offrez en spectacle, quand au réveil vous tirez le rideau devant tous les spectateurs du monde, ou bien le monde en spectacle, et vous l’unique spectateur, au réveil, sur l’aire d’autoroute ? Je guette qui l’achèterait, mais elle ne se vend pas. Un jour un camionneur viendra : il avait un rêve de théâtre, autrefois.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er décembre 2011
merci aux 775 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

    • Tu es l’âtre, tu es le son, je suis seul à seule dans mon théâtre, ater, atrum, "noir", noici par le feu, astre, aistre, extera... Je veux tes mots à mon oreille souple.
      Partie de la cheminée où l’on fait le feu, foyer, tu es l’ouverture centrale du toit, évacuation de la fumée...
      J’accompagne mes rêves d’un sommeil sourd, ils se laissent envahir par les bandes annonces de quelques films où elle apparaît hissée sur le marche-pied. Lentement, je fume une dernière Craven A, toujours en souvenir de Bernard Frank, la vitre entr’ouverte.

    • nostalgie des Craven A, déjà que leurs boîtes métalliques avaient disparu, comme les Navy Cut, retirées des bureaux de tabac, au profit de l’obligation de vérifier la pièce d’identité des mineurs présumés ?

  • c’est aux Folies que j’étais, le jus d’abricot à 3 euros au bar) (ah ouais, quand même ouais) je lisais le canard de référence paraissant l’après-midi en t’attendant (trois photos du minuscule ça fait trop jtrouve) et une première voiture, dans les crèmes sur une remorque est entrée dans le garage ; j’ai regardé, elle était dans un drôle d’état, rouillée perdue bientôt épave, j’ai lu un truc sur les avions que le monde entier nous envie (sans jamais les acheter, mais c’est une autre histoire) je suis sorti, en voici une autre, le type va faire le tour du rond point, revenir sur ses pas et entrer lui aussi dans le garage... bizarre, vous avez dit bizarre ?

    • (la pelleteuse) la grue partie, le truc paraît laid, moche, et tout en longueur -c’est peut-être bien ce qu’il a toujours été (c’est un foyer d’aide social si j’ai compris, je prends la photo de la photo truquée qu’il ont poinçonée au mur un de ces jours) (au service secret de sa Majesté quelques jours)

  • Je crois savoir que c’est Gérard Depardieu qui dort dans la cabine.

    Photo extra comme la mise en scène !

    Il y a parfois du génie dans les camions.

    Voir en ligne : Le Tourne-à-gauche