tellement c’est triste sur la fin du film

une autre page du journal, au hasard (depuis 2007) :
textes fenêtres _ ou index général

Aujourd’hui pas de « petit journal », mais cette magnifique photo qui apparaît sur le site frère desordre.net.



haut de page ou accueil du site
écrit ou proposé par François Bon _ licence Creative Commons BY-NC-SA (pas de © )
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 février 2012
merci aux 474 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page





Messages

  • ce sont les chiens qui ont le pouvoir, il en est ainsi mais ça ne nous empêchera pas de nous battre. Avec toi. Et merdocons.

    JPEG - 317.4 ko
  • depuis quelques temps, le boulot c’est pas ça (mais je ne désespère pas et je bosse comme un malade) (ça m’arrive, le truc à faire en quinze jours, j’établis je constitue je rends compte) (ça me fatigue mais c’est comme ça) je regarde le monde qui passe, j’ai appelé C. au téléphone, elle est à l’hospice (on ne dit plus comme ça, on dit maison de retraite) (c’est mieux dit mais c’est la même chose putain), j’aurais mieux fait de ne pas (m’a à peine reconnu, glaçante et glacée brrr) c’est que ces choses-là, quand elles vous frôlent, il faut y faire attention elles laissent toujours quelque chose et pour s’en défaire, il faut faire, faire et encore faire (alors je bosse, je bosse)

    JPEG - 395.7 ko
  • Que la surface de l’eau, que la peau, les muscles, le front, que tout cela contienne ce qui me déborde, m’échappe. Privée de perspectives, d’énergie, me sens privée de réel. Le voilà tout simplement a-to-mi-sé.

  • des fois, il le faut, alors voilà (et merci à Ruelles pour son siège rond qui m’a fait souvenir de ça) : un poème,les assis, dans domaine public ou bien ? (je me souviens, la bibliothèque de la rue de la préfecture, juste en face de cette ignominie de nos jours, à côté du musée, les choses sont comme elles sont, de temps en temps la terre tremble...). Pour Rimbaud), alors

    Les assis
    Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues
    Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs,

    Le sinciput plaqué de hargnosités vagues

    Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ;

    Ils ont greffé dans des amours épileptiques

    Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs

    De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques

    S’entrelacent pour les matins et pour les soirs !

    
Ces vieillards ont toujours fait tresse avec leurs sièges,

    Sentant les soleils vifs percaliser leur peau,

    Ou, les yeux à la vitre où se fanent les neiges,

    Tremblant du tremblement douloureux du crapaud.


    Et les Sièges leur ont des bontés : culottée

    De brun, la paille cède aux angles de leurs reins ;

    L’âme des vieux soleils s’allume, emmaillotée

    Dans ces tresses d’épis où fermentaient les grains.


    Et les Assis, genoux aux dents, verts pianistes,

    Les dix doigts sous leur siège aux rumeurs de tambour,

    S’écoutent clapoter des barcarolles tristes,

    Et leurs caboches vont dans des roulis d’amour.


    Oh ! ne les faites pas lever ! C’est le naufrage...

    Ils surgissent, grondant comme des chats giflés,

    Ouvrant lentement leurs omoplates, ô rage !

    Tout leur pantalon bouffe à leurs reins boursouflés.


    Et vous les écoutez, cognant leurs têtes chauves,

    Aux murs sombres, plaquant et plaquant leurs pieds tors,

    Et leurs boutons d’habit sont des prunelles fauves

    Qui vous accrochent l’oeil du fond des corridors !


    Puis ils ont une main invisible qui tue :

    Au retour, leur regard filtre ce venin noir

    Qui charge l’oeil souffrant de la chienne battue,

    Et vous suez, pris dans un atroce entonnoir.


    Rassis, les poings noyés dans des manchettes sales,

    Ils songent à ceux-là qui les ont fait lever
    Et, de l’aurore au soir, des grappes d’amygdales

    Sous leurs mentons chétifs s’agitent à crever.


    Quand l’austère sommeil a baissé leurs visières,

    Ils rêvent sur leur bras de sièges fécondés,

    De vrais petits amours de chaises en lisière

    Par lesquelles de fiers bureaux seront bordés ;


    Des fleurs d’encre crachant des pollens en virgule

    Les bercent, le long des calices accroupis

    Tels qu’au fil des glaïeuls le vol des libellules
-
    Et leur membre s’agace à des barbes d’épis.

    (en photo le carnaval sur le faubourg, là, on se demande à quoi ça rime mais on s’en fout, ça fait du bruit... j’aime Léo en tout cas)

    JPEG - 828 ko
  • ce matin, vers 5 heures et demi, je me suis réveillé et j’ai pensé à cet homme qu’on réveille, qu’on transporte vers la salle d’opération, on va lui changer une valve, un pace-maker sans doute, un morceau d’aorte, quelque chose de ce genre, une opération lourde, quelques heures, faire circuler le sang, les kilos perdus, pour avancer encore, j’ai pensé à ses enfants j’avais comme un peu froid, tout à coup, il faisait encore nuit, j’ai mis un pull, recommencé à lire la biographie de Visconti (il a quelque chose qui ne me plaît pas ce garçon-là - non pas ses moeurs qui ne sont pas les miennes- mais cette manière de prétention, ses « j’ai besoin d’un bain chaud » jt’en foutrais moi, en pleine guerre enfin, passons) et je me suis rendormi ; à présent il est en salle de réveil, tranquillement probablement, et dehors le soleil brille (on commence à bâtir l’immeuble sur la rue, au fond c’est avancé)

    JPEG - 531 ko