2012.07.27 | Manosque, les Correspondances making-of


Plaisir de retrouver dans le Manosque d’été la haute silhouette d’Olivier Chaudenson et son équipe. J’étais venu à Manosque il y a quelques années, mais c’est bizarre, quand on participe à de tels événements récurrents la date n’a pas trop d’importance. J’y reviens cette année le vendredi 28 septembre, ce sera dans l’après-midi, avec Pascal Dibie, auteur d’un livre sur le seul thème de la porte, Miche Combescat menant le débat.

Cinq jours denses, où le public pro vient de loin, mais aussi une structure permanente. Le festival dispose dans une des petites rues du centre ville une vieille maison pleine d’ombres, aux hauts plafonds, avec vieux puits dans la cour. Elle inclut une cuisine et une grande chambre plus pièce de travail pour auteur en résidence – même si là, ce sont les Mac de l’équipe du festival qui ont pris la place dévolue à l’oulipien Frédéric Forte.

Avons bien sûr évoqué cette si incroyable semaine sans quitter la Défense, organisée par les mêmes pour le défunt Paris En Toutes Lettres.

Le programme était en voie de finalisation ce matin, on le trouvera bien sûr sur le site Correspondances Manosque.

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 juillet 2012
merci aux 819 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Je me souviens... de l’édition 2000 des "Correspondances", nous étions descendus au fond d’une cave sombre, humide, partager la ferveur littéraire émanant de toute la ville. Elle écrivait à Pessoa... "Mais il est mort depuis longtemps !
    - Ça ne fait rien, ils se débrouilleront..." (et ils se débrouillaient).
    Rayonnants, nous déambulions, transportés. Croisant un ami, "Il a l’air doux ton homme, elle lui répondit : il est doux comme le sucre..."
    On nous a photographiés, forcément. Quelque part à Manosque reposent ces images.