bleu garçon rose fille (et dieu en plastique)


Dans le supermarché c’est marqué bien en gros sur chacune des deux allées parallèles : garçons pour l’allée bleue et filles pour l’allée rose, C’est facile avec Playmobil, qui produit désormais même un dieu en plastique (barbu type catholique jupitérien finalement assez proche de la représentation du père Noël ci-dessus, même dans sa chemise de nuit blanche – photo lien ci-dessus chez David [1]), et avec Barbie, qui propose des boîtes roses et il suffit de les placer sur l’extérieur de l’allée pour donner l’effet souhaité – le marketing Auchan est toujours une affaire de détail. Reste ce qui vise les deux : pour cela que Lego a choisi le vert. C’est quand même bizarre de ce voir ce déballage de masse s’installer au 25 octobre, à deux mois de Noël, évidemment ça tire aux entournures côté budget. Il y a un avantage manifeste à l’anticipation de date : liquidation définitive de la tentative Halloween, qui a certes imprégné le Québec mais jamais trop marché ici (faudra quand même penser au paquet de bonbons pour quand passeront les mômes du quartier). Bleu garçon rose fille, je ne sais pas s’il faudrait une loi de ce genre pour les sites et blogs, voir pour les auteurs et auteures, régulièrement la discussion remonte, on a probablement tous des petites lampes (oranges et vertes) pour la vérfication des quotas – non, en fait, pas trop besoin, peut-être justement que le web aide à faire mieux circuler ça tout seul. Les années précédentes je n’avais pas remarqué cette séparation marquée des allées. Il me semble que mes propres enfants parcouraient les allées des marchands de jouet assez systématiquement et savaient s’y repérer. Je suppose aussi qu’on trouvera côté bleu des robots et des fausses armes, et côté rose des cuisines en miniature et des fers à repasser en plastique. Il faudrait voir où ils placent les succédanés de téléphone portable et d’ordinateurs jouets, dans une troisième allée non ou bi sexuée ? Reste à savoir, dans l’entassement, les rabais et les soldes, ce qu’il advient de l’émerveillement.


[1Voir aussi, chez David Lerouge et sur thème proche, cette réflexion sur les catalogues de Noël...


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 octobre 2012
merci aux 1074 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages