âges de la lecture numérique


Pas pu m’empêcher, à New York en novembre, de photographier systématiquement (tant que je pouvais le faire discrètement) ce dont on est encore loin chez nous : la banalisation de la lecture numérique. Un vieux Kindle qu’on tient de travers, dans le métro, mais ça lit. Avec comme fait marquant, à New York donc, de la banalisation du fait d’avoir une tablette à la main dans les lieux publics, métro ou coin de trottoir. Et que déjà on voyait pas mal de 7’’. Hier soir, par exemple, pour utiliser iBooks plutôt que l’app Kindle, j’avais repris le grand iPad, toujours aussi bluffé par la fluidité, la vitesse (même si toujours aussi nul la césure des mots sur iBooks), mais plus possible de se réhabituer au grand format pour lire, maintenant qu’habitué à ce fichu 7’’ (en l’occurrence chaque soir mon Kindle Fire) qu’on tient dans une main. Et des semaines que ne me suis pas servi de liseuses à encre électronique – sur tablette pour le soir je baisse la luminosité de moitié et aucune fatigue, craqué ce matin pour le dernier Connelly (Black Box) ça s’est vraiment intégré à mon quotidien. Reste toujours ce que perçu comme bascule : je ne lis plus le livre numérique comme une extension du livre imprimé, je lis mes livres numériques comme une extension (en densité, ergonomie, temps d’immersion) de ma lecture principale qui est le web. D’où l’habitude prise de lire sur des appareils, tablettes plutôt que liseuses, qui me permettent le web en parallèle, blogs, sites, réseaux plus presse aussi, évidemment. Et l’indifférence aussi aux systèmes d’annotations, même si je suis de près ceux qui y réfléchissent, puisque je n’annote pas dans les livres numériques eux-mêmes (me servant pourtant beaucoup du surlignement, en loisir ou aussi en correction-relecture), et par contre passe régulièrement, en lisant, du livre au carnet de notes, comme je l’ai toujours fait, indépendamment de la nature papier ou numérique du carnet... Donc tout ça mobile, mais à New York cette impression que, dans la banalisation de l’usage, surgissait aussi l’âge de l’usage : le fait que désormais ce n’était plus une histoire neuve, mais enfin une histoire tout court.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 décembre 2012
merci aux 1447 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ce qu’il y a c’est que partout on découvre des figures (celui-là est connu, il me reconnaît d’ailleurs, me regarde et me fixe comme s’il savait être l’une d’entre elles) (canne, casquette, cravate, chaussures vernies) (il y aussi le parrain et d’autres) (on a bu un café, puis deux, on a parlé de choses et d’autres et surtout du vieux Franklin D. Roosevelt que j’aime bien) (j’ai résolu d’écrire au moins une lettre à la présidence, parce que ces choses-là sont impensables) (on voit là, gauche cadre vers le bas, l’épaule de celui qui s’étire ; on voit aussi que le chinois cariste tente l’obstruction photographique, mais non)

  • ils ont démonté la grue pendant la trêve de Noël, c’est bien une bande de bâtisseurs, quelle honte (je reconnais que le cliché est incompréhensible si on ne suit pas) (je poserais sans doute une photo un peu plus claire demain)

  • toute la journée à saisir et maintenant les courses, le ménage, et puis quoi encore ? ça arrive, c’est comme ça, on avance et on fait le gros dos (ma fille rentre, l’autre aussi, et moi je fatigue) (vu Tabou : magnifique) (demain même punition, même motif : dlamerde) (et tout ça pour quoi ? pour qu’on puisse disposer de chiffres) (dlamerde bis) (l’un des piliers du PJ avec le parrain)

  • ça construit près de la place de la république - celle avec sa vingtaine d’arbres maigres

  • c’est un nouveau palais de congrès bâti sur l’emplacement du tri postal ( immeuble de Prouvé)

  • ( en fait tente un hommage à Piero de Belleville et tous ses chantiers parisiens )- mais bon ici c’est Nancy et c’est petit -

  • sous le soleil les échafaudages ressemblent à une cathédrale de fer ( j’occupe l’espace comme dit PDB )

  • mais j’aime les chantiers - voir le les fondements d’une future construction -

  • cette ville / ma ville n’aime pas les arbres