2013.03.12 | Fos-sur-Mer, ma banque est un fake


Bizarre, en arrivant lundi au théâtre de Fos-sur-Mer, de le voir transformé en banque, une vraie banque, enseigne au-dessus de l’entrée, guichet d’accueil, distributeur de billets. Ça ne me fait rien d’entrer dans une banque, mais quand ils viennent mordre encore un peu plus sur notre peu d’espace de liberté sans eux, l’espace de la parole, on a quand même un malaise. Après, ce sont ces arrangements des régions qui soutiennent financièrement des films, pourvu que certains plans permettent de reconnaître les lieux de tournage. La scène durera bien trois minutes, mais il semble bien que ce soit plus facile de remodeler pour quelques heures le hall du théâtre que de demander l’autorisation de tourner dans une véritable agence jumelle. Après, c’est un métier fascinant que celui de décorateur de cinéma : personne ne s’attardera, dans la comédie grand spectacle, à ces trois classeurs qui traînent sur le meuble en fond d’agence, ni la véracité des cachets et des ordinateurs, ou que du distributeur on ne retire pas de la monnaie de singe – les décos ils font leur boulot. Au point d’avoir réinventé ces 4 affiches avec véritable slogan et vraie pub sur images. Et finalement, qu’elles sont bien plus de notre monde de saltimbanques que du leur, ces 4 pubs. Mine de rien, et si ça leur disait tout ce qu’elles avaient oublié, lesdites banques ? On a quand même fait notre atelier d’écriture, avec ceux d’ArcelorMittal, juste dans le couloir d’à côté du tournage en fausse banque. Et quand on est partis, le soir, les gamins venaient voir le nouveau camion de pizza comme un rêve de camion de pizza sans trouver étrange qu’on l’ait laissé s’installer juste devant la porte de la mairie.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 mars 2013
merci aux 532 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page