journal | Macif massif plouc


Donc c’est en plein dans l’entrée du supermarché quand vous venez renouveler les nouilles le lait plus quelques poireaux, ça en jette, je ne sais pas s’ils arrivent à vendre quelque chose les deux jeunes gars déguisés en cravate, et on se dit qu’ils ont dû payer lourd à leur concepteur de stand design au moins c’est pas perdu pour tout le monde, mais c’est ça que vous prenez dans la figure : PRÉVENTEUR DES RISQUES DE LA FAMILLE, et même si on reconstitue la phrase en entier dans sa poétique : MACIF PRÉVENTION préventeur des risques de la famille. Les risques de la famille, au supermarché du samedi matin, suffit de regarder le fond des caddies : la France n’est pas riche, passé le 15 du mois, et ça se sent et se voit le malaise. Sauf pour la Macif : préventeur ça vient d’où ? Sous-vendeur, pré-menteur ou très menteur, racoleur, carotteur, grand venteur ? Doivent payer chez eux des gens à inventer des mots. L’important c’est de faire peur. Les risques parce que vous avez famille donc faut faire peur comme dans ventilateur et prédateur. Ça s’appelle saloper la langue pour commercer sur la misère du peuple, racolage de galerie commerciale de vie au rabais, c’est le slogan maison d’ailleurs. Heureux d’avoir même pas à boycotter, pas client chez eux. Sauf que cette pollution visuelle me porte préjudice, et sauf que cette atteinte à la langue double et triple le préjudice. Quand c’est qu’on mettra en prison leurs patrons pour insulte à la langue ? M’en voicy en prevention de m’aller desmettre à de si lasches contenances disait Montaigne, mais préventeur, non, personne. Que la Macif massif plouc.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 mars 2013
merci aux 459 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • aujourd’hui il faisait doux, j’ai pris l’auto pour aller travailler, il y avait du monde (j’ai eu quelques difficultés hier, mais aujourd’hui le monde avait plutôt l’air sympathique, on refusait avec le sourire et dans ces cas-là, j’aime à rire de mes déboires avec les gens) (j’ai bossé mais je n’aime pas ce que je fais : je crains qu’il n’en soit ainsi aussi pour l’autre contrat) (dlamerde) (parlé avec MT je l’adore) (photo de mardi dernier - il y a une éternité- un vieil arabe (tu ne peux pas le savoir, il est de dos) comme j’en croisais quand j’avais cinq piges, il n’a pas changé (le pébrok a l’air comme ça mais il protège) (je l’ai retrouvé (le pébrok, pas l’arabe) abandonné "en un somptueux berceau" disait la chanson- le caniveau boueux - le lendemain) (c’est que, un jour, il y avait là dans le métro le japonais à la barbe arrondie et fleurie et que j’avais le sentiment qu’il attendait dieu sait bien quoi) (et beckett est arrivé en titre)

  • give me a little kiss
    Sweet dreams till sunbeams find you
    Sweet dreams that leave all worries behind you...
    etc etc...
    Stars shining bright above you... (photo vue faubourg le 16 mars 2009)

  • c’était comme ça juste au moment des travaux (en face un commissariat de police) (en face aussi un des plus grands restaurants asiatiques du coin qui a fermé il y a quelques mois) (en contrechamp les quelques tordus qui restent là de deux heures de l’après-midi à quatre heures du matin à vendre des trucs, à se moquer des pékins, à cracher et à fumer) (date photo 13 01 13)

  • maintenant aujourd’hui c’est comme ça (le temps passe, les coins changent) (les mômes sont toujours contrechamp, parfois l’un d’entre eux prend un coup de couteau dans le cou, et meurt, là) (pas sûr que ça fasse un feuilleton, parce que les chantiers, j’en ai ma claque) (mais la ville change et moi je vieillis) (c’est comme ça parce que c’est pas autrement sans doute) (ces trucs là c’est dans la tête mais pas que) (c’est pas la présentation,d ’ailleurs, mais la louis bonnet) (on s’en fout, mais c’est la vérité historique et géographique qui en prend un coup)

  • c’est le lendemain (14 janvier le matin) y’avait du soleil et aujourd’hui boulot boulot boulot (bien obligé de bosser, deux mois sans rien faire, tu parles d’un bazar financier) (on rétablit la vérité géographique)

  • mon voisin est un carnivore nocturne - à minuit il mange des viandes grillées et ma salle de bain à minuit sent la viande grillée - sinon je dois faire un truc extra quelque chose sinon 2013 court à sa perte ( c’est comme ça qu’on dit je crois )

  • on ne le voit pas trop, mais y’a regard caméra (q’est-ce qu’il fout çui-là ? se demande la fille au cello) (je prends la photo en sortie du concert de yo la tengo voilà ce que je fais) (c’était chouette, un peu bruyant peut-être la deuxième partie) (mais énergique) (semaine de boulot, je vais tenter d’émerger et de survivre) (have a good morocco) (en tout cas le truc se tient raide droit à côté d’elle)

  • (je suis reparti travailler par le même chemin) (je fais cette série depuis un moment, mais bof je m’en fous) (je veux dire que l’irruption du métro comme quelque chose entrant dans quelque chose d’autre m’ennuie souverainement) j’aime bien les gens comme ils sont (parfois on tombe dessus sans vraiment le savoir, j’ai pas vu ce type qui ressemble comme deux gouttes de pluie à mon voisin d’en face qui fait le même métier que moi, mais lui dans le dur) (les suites des accros aux drogues je crois)

  • (naan mais c’est pas lui) j’ai pris cette photo hier soir dans le bataclan, on s’amusait à essayer de reconnaître kms qui était là mais on l’a jamais vu, ce garçon-là) (y’avait du monde-c’était bondé- là c’est l’entracte)

  • (le 68 a été détourné, j’ai marché pris le chemin des Tuileries, et là cette bête) (j’allais voir ma tante, demain on en saura plus) il fait beau, c’est le printemps mais un froid dans ce jardin

  • teintes pâles (elle m’a dit, trois fois : "tout est bien qui finit bien dans le meilleurs des mondes") (sentence pleine d’illusions et de sous entendus) (en fait, elle n’a plus sa tête, mais j’en ai rien à faire, je lui parle comme si, et elle rit)

  • je suis reparti par le même chemin (j’ai croisé ma soeur-l’une d’elles-qui ne m’a pas reconnu, puis qui m’a regardé, puis qui a froncé les sourcils comme si elle prenait peur, puis qui m’a croisé) (je lui aurais bien collé mon poing dans la figure, mais j’ai juste et seulement souri) (c’est qu’il fait doux, froid mais doux)

  • six LM à commencer et à terminer - 6 LM avec interruptions - partie de foot avec le chat café cigarette le paysage sonore à la radio la ville rêvée du vazco - six LM et là stop - je sors