journal | le Whouaa c’est agricole


Pas envie d’être méchant avec le Crédit Agricole, c’est un joujou à côté de la BNP et autres banques, mais justement, s’ils sont tout petits et maladroits comme ça, est-ce que ce n’est pas qu’il faudrait leur redonner quelques cours de rattrapage en langue française niveau Brevet des Collèges ? Traduisez-moi, ô clients du Crédit Agricole, ce Whouaa : des Whouaa en plus ! ce que ça signifie pour l’argent résultant de votre labeur, foin deuxième coupe en ce moment ? On aimerait tant vivre dans un pays où la langue est en santé. Je ne mettrai pas mon argent au Crédit Agricole (ça tombe bien, j’en ai pas).



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 août 2013
merci aux 325 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • À peine arrivée dans la petite maison tester les possibilités de connexions : d’un séjour à l’autre elles varient. L’an passé encore mon opérateur dans sa grande (et involontaire ?) mansuétude avait permis que j’utilise mon téléphone comme modem via le bluetooth. Lors d’un séjour en avril, c’était payant et ça se traînait.
    Même configuration aujourd’hui, après avoir mis très longtemps à établir le premier contact.
    Et publier une photo semble le bout du monde, j’ai eu le temps d’aller prendre une douche que ça n’était pas fini.

    Nous avons de nouveaux voisins. Ils ont un chien qui nous prend, c’est normal au début, pour des intrus. Je vais demander à son maître s’il n’a pas un identifiant B_uygues, seul réseau qu’apparemment on peut correctement capter.

    Le Whoua de la pub, c’est peut-être au fond l’aboiement du chien.

    (photo plus tard, connexion de fortune)

  • Essai de déposer la photo qui allait avec le texte
    (Ces moments où l’on se dit que c’est chouette d’être citadins, certaines choses si faciles)

  • je classe, je rapatrie (c’est comme ça qu’on dit ? je recopie photos/textes sur un fichier word, je ne suis pas bien sûr de la nécessité mais je parcours-j’en suis au mois de septembre 2011) (j’essaye d’écrire : impossible) alors je regarde les photos, je me demande si j’en posé une d’E. je ne crois pas, la voilà réalisée avec le nouveau téléphone de m*** (on ne met de gros mots qu’entre parenthèses, il y a des choses et réflexes qu’on se doit de respecter) (hier soir le type qui parlait de son père quatre vingt dix sept piges aux pelottes qui perd la tête, on lui cherche une place en maison, que fait-on de nos vieux, que feront de nous nos enfants, quelle relation aura-t-on instaurée entre eux et nous, et nos parents entre eux et nous, sur cette planète cette habitude n’existe pas encore, la mère de mon père est partie après deux de ses fils, elle a perdu la tête elle a été posée en maison, jamais je ne suis allé la voir) (tout ça pour dire que malgré tout, il fait bon vivre) (droite cadre le mur est celui du barbecue où on faisait griller tomates et poivrons et oignons et ails-aulx pour la slatam mechouia, puis les poissons) (le champ est celui où paissent et passent les moutons et leur berger qui nous parlait, on ne le comprenait pas mais il souriait faisait de grands signes et s’en allait)

  • eux leur dernière nuit américaine - acheté fruits,légumes et café bu sur le balcon - à l’extrémité de la ville - été 2013 retrouvé des histoires entières dans mes rêves - depuis si longtemps

  • et dernière écoute de Cat Power Cat Power en boucles - et puis Zappa sur FC cette semaine - mais Cat Power Cat Power