journal | Police, RATP & bêtise humaine


Je croyais faire mon devoir de citoyen. Résumons : jeudi il y a 8 jours, je me fais braquer mon portefeuille à Montparnasse. Ce sont des professionnels, ils m’ont épié faire mon code lors de l’achat de mon billet RER, puis suivi jusqu’au métro ligne 6, et là ouvert mon sac et pris mon portefeuille en une bousculade de grand art, avant d’effectuer, moins de 8 minutes plus tard, 2 retraits de 1000 et 940 euros (pas de pleurs, la BNP assure). Depuis, refaire les papiers un par un, galère mais bof. N’empêche, je voulais comprendre. Quand je compose mon code, je fais gaffe et je ne suis pas spécialement transparent. Et je suis sûr que je n’avais personne à proximité. Donc 3 fois depuis j’ai zoné et tiré mes conclusions : des 10 bornes de vente, une seule est placée de telle façon qu’on peut se placer en oblique, à trois mètres cinquante, contre un poteau métallique, et que l’angle de vue vous permet d’observer à votre aise (je suis mirô, mais en 2 fois 10 minutes j’arrivais à recomposer le code d’1 personne sur 2), légèrement à l’oblique, le mouvement précis des doigts, et pourtant les gens, comme la jeune femme qu’on aperçoit sur la photo, se croient parfaitement à l’abri. J’en suis venu à la conclusion que je n’ai pas été épié par hasard, et que les gars qui m’ont braqué savent parfaitement ce point faible, alors qu’il suffirait dd’un petit cache en tôle à trois balles pour éliminer le problème, qui ne concerne aucune des 10 autres bornes. Alors ce soir j’ai voulu faire mon devoir. C’est l’heure avec l’équipe de 5 RATP planqués pour attraper les resquilleurs. J’aborde poliment le monsieur le plus vieux et lui demande : « Monsieur, accepteriez-vous de m’accompagner 30 secondes de l’autre côté du portillon, je voudrais vous signaler un problème de sécurité. » Réponse textuelle : « Ah non, ça concerne la police, adressez-vous à la police. » Voyant mon air de doute, il me dit : « Là-bas. » Et comme je ne vois rien : « Ils sont en civil. » Il m’accompagne jusqu’à une jeune dame, qui effectivement porte discrètement un brassard. Je répète textuellement ma demande : « Madame, accepteriez-vous de m’accompagner 30 secondes de l’autre côté du portillon, je voudrais signaler un problème de sécurité. » Et là elle me répond textuellement : « Il y a un problème de sécurité ? C’est bon, je ferai remonter l’information. » Je suis quelque peu abasourdi. Je suggère patiemment (j’ai fait de la pédagogie 2 jours durant à Cergy, je suis poli et avec un discours très contrôlé) : « Mais pour transmettre l’information, il faut que je vous montre de quoi il s’agit, il y en a pour 30 secondes, c’est juste de l’autre côté du portillon ? » Elle m’a regardé de face, et m’a répondu à nouveau : « C’est de l’autre côté du portillon ? C’est bon, je ferai remonter l’information. » Le gars de la RATP a cru bon de rajouter un sourire en coin, peut-être c’était pour plaire à la policière. C’est là que j’ai compris qu’ils se fichaient volontairement de ma gueule, ça les amusait à petit prix. Alors j’ai dit : « Tant pis. » Et je suis parti. Combien de problèmes de ce pauvre pays usé, dans l’arrogance de ces petits pouvoirs minuscules, tiennent seulement à l’incommensurable connerie humaine ? Je ne généralise pas, j’ai été très bien reçu à l’hôtel de Police de Cergy, et pourtant ils n’ont pas affaire à la vie tendre. Qu’à la RATP ils s’en foutent de ce que j’avais à leur dire, c’est leur problème. Qu’ils rajoutent le mépris, non. Que demain matin, à cette même borne, un autre type oeuvrera pour piquer un code et un sac, non. En attendant, si vous perdez votre code de carte bancaire dites-le moi, on va ensemble à Montparnasse et je vous le retrouve.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 mars 2014
merci aux 1356 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ça m’évoque bêtement une anecdote où je signalais que ma caméra de façade avait eu les fils sectionnés - tenant à signaler que quelqu’un envisageait peut-être un méfait hors-caméra.
    - oui. et vous avez signaler votre caméra à la cnil ?
    - non puisqu’elle ne fonctionne pas. mais quelqu’un a sectionné les fils, il faudrait sans doute être vigilant autour de cette adresse..
    - vous avez déclaré votre caméra à la cnil ?
    dialogues de sourds..

    passons.
    agissons comme nous le faisons malgré "ça".

  • (jamais rien d’intelligent ne sortira de cette régie : alliance avec les forces de l’ordre quelles qu’elles soient, amateurisme et hypocrisie plus cynisme et rire gras : voilà les contrôleurs, je les pratique depuis plus de quarante ans, ce sont toujours les mêmes, exactement) (on peut frémir en pensant à ce que ça deviendrait sous un régime fasciste comme en promet cette ordure plus ou moins bleusaille de fifille à son ignoble et abject père borgne) on vote ce dimanche (moi je bosse, ça m’empêchera pas) comme je suis là je n’attends plus ce que va me dire la binaf avec son appel d’offre (j’ai toujours de l’espoir, tu me diras, mais ça fait deux semaines et pas un mot, je crains et je crois que c’est mauvais signe- comme d’hab, les relents de quelque chose de plié d’avance-on jurera ses grands dieux que jamais de la vie, et ce sera vrai)