2014.05.24 | à Chambord, on y dort, on y dort !


D’un bâtiment plus oeuvre d’art que résidence, dès sa naissance, inscrivant dans son architecture (jusqu’à des escaliers emmurés) toute l’ésotérique du XVIe siècle, dans l’isolement splendide de milliers d’hectares de bois, Chambord est à la fois un objet touristique de masse (750 000 visiteurs par an) et un défi culturel pour ceux qui en ont la charge, et ont entrepris de le faire vivre. Autofinancé à 84%, le château a échappé il y a quelques années aux « chasses préseidentielles » pour amorcer cette mue. Cela signifie qu’un claveciniste, Olivier Baumont, s’y installe pour écrire (et y tient blog). Cela signifie qu’on y invite des auteurs pour lectures le dimanche après-midi, et lorsque le programme vous attire, quel plaisir de venir de 80 km à la ronde, en quelques dizaines de minutes d’autoroute, plutôt que se contenter de la visite ou du pique-nique il y a 10 ans. Yannick Mercoyrol m’a fait l’honneur d’une commande pour la catalogue de l’expo Philippe Cognée, qui occupe le deuxième étage depuis ce samedi 17 mai, et pour jusqu’à fin septembre. Alors comment refuser la proposition d’une nuit dans le château, où plusieurs chambres ont été aménagées (avec mécénat des matelas Treca !) pour les visiteurs liés à ces activités culturelles. Et la magie du matin offerte...

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 mai 2014
merci aux 417 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page