journal | de « I Loches you » et du franglais départemental


Y en aurait marre de la langue à la poubelle. Mais surtout quand ça devient habitude de masse, et encore plus quand de plus en plus systématiquement ça part des institutions publiques, et de leurs réunions de bureau à vouloir faire moderne. La mode est à l’acronyme qui fait british, ça vous classe. Accessoirement, ça définit que le sous-chef de l’administration publique qui dépense les sous des contribuables a fait de l’anglais jusqu’en cinquième au moins. Ainsi l’université de Cergy-Pontoise se rebaptise-t-elle UpGo (Université Paris Grand Ouest) parce que ça la met mieux. Mais quand il s’agit de faire un MOOC (prononcer mouque comme nous en Vendée on disait dô mouc’ pour dire qu’on mangeait nos moules) national, on appelle ça FUN (France Université Numérique). Les Québécois qui tendent l’oreille pourront difficilement se moquer (mooquer ?) de nous, leurs étudiants disent je le feel bien ou j’écoute la game ou love soirée au moins ils ont choisi la fusion et ce sera vite réglé, mais nous, ça ressemble bien plus à une table à laquelle on scie le pied. Et là – FUN et UPGO – j’ai donné deux exemples bien intello d’en haut, mais c’est chaque semaine. Et voilà donc I Loches you. J’ai du respect pour l’austère forteresse médiévale de Loches, et je sais la difficulté de ces petites villes – comme autour d’ici Chinon, Amboise ou Montrichard qui ne sont plus que des attrape-misères, les riches maisons de week-end des parisiens branchés ne compensent pas. Alors qui a été torcher Loches (c’est dans Rabelais, tique torche lorgne et lui affliger ce PQ à son nom, en 4x3 partout dans la ville ? Je loche tu loches il loche nous lochons vous lochiez : Il n’y a que Loches qui paraîtra ridicule alors que pas besoin – et les décideurs et financeurs et carambouilleurs de bureau seront toujours aux affaires pour pire.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 mai 2014
merci aux 507 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • le type était dans le métro, et puis je ne l’ai pas du tout calculé, portait le noir et le jaune et le rouge comme normal, des cheveux très serrés en nattes, dans un fichu noir, je n’avais pas vu son sac, et le voilà dans l’escalator juste devant moi (je porte un sac avec dedans deux avocats assez mûrs, deux baguettes trad à 1,10e, un poulet et un Saint Marcellin je crois bien) je me souviens du Roi des Rois Seigneurs des Seigneurs, toute ma jeunesse, l’Afrique, l’Ethiopie, Patti Smith ("Ask the angels" etc de son magnifique Rdaio Ethiopia 1976) et Bob Marley à la grande Halle et au Zénith, je m’en fous la vie qui passe je m’en fous allez roulez jeunesse

  • (pour voter, à l’image l’enveloppe et le bulletin, la carte d’identité et celle d’électeur signée notre dame de paris, alors qu’il y a un moment que l’hidalgo l’a remplacé enfin, je ne discute pas, je ne discute de rien, je vote) (à gauche, oui, c’est à dire certainement pas le parti de ce nono àlak) la femme portait un chemisier mauve, des lunettes de vue, soixante piges, ronde, "vous voulez venir nous aider à dépouiller le scrutin ce soir ?" j’ai menti j’ai dit non, après tout j’aurais du dire oui, je m’étais dit que la prochaine fois ce serait oui et puis voilà, le civisme du citoyen citadin qui fond comme au soleil la neige jm’en fiche, allez roulez jeunesse (ma fille a tapé 21, elle bosse comme une dératée ; l’autre est en stage à coder coder coder comme une malade en je ne me souviens plus du nom de ce langage, enfin n’importe)