ceux qui trouvent (des vieux papiers)


C’est bizarre ces convergences, mais qui ne le sont que pour la recherche où on est vis-à-vis de soi-même : quelles sont les archives de soi-même où il y aurait cette piste qu’on pourrait reprendre et suivre ? Je ne plaisante pas tant que ça : j’ai exhumé récemment, de vieux tas de cahiers, un carnet cartonné avec toute une piste de bouquin, c’était vers 1991, ça avait dû me tenir 4 mois et ça fait plusieurs semaines que je le garde pas loin, en même temps comme d’un monde fini. Par exemple, il y a 2 ans, d’une vieux meuble en bois qui servait de socle à un plâtre qui ne bougeait jamais, Alain Lecomte, le directeur de la Devinière, en forçant la serrure, a trouvé tout un legs de livres anciens, qui attendaient depuis des décennies qu’on s’occupe de leur sort. Mais qui aurait pensé que l’unique exemplaire connu de la 2ème édition du Pantagruel, celle de 1533, disparu dans le bombardement de la bibliothèque de Dresde en 1945, serait retrouvé il y a quelques mois en Russie ? Ça laisse croire à nouveau qu’on pourrait retrouver les papiers d’Alexis Léger, nom de plume Saint-John Perse ? De Rabelais on vient de retrouver aussi, il y a 1 an, l’Almanach de 1535. Aujourd’hui, c’est un thésard anglais qui, travaillant sur un fonds d’archives américain début XXe (il travaille sur Arthur Machen, quand même, un de ces auteurs qu’il serait bon aussi de remettre à disposition...), trouve une de ces grandes lettres que Lovecraft dactylographiait à la volée, parfois des dizaines de pages serrées. Celle-ci fait 5000 mots, et est adressée à Henneberger, le directeur de Weird Tales. En plus, au printemps 1924, période sismique, et je le sais d’autant mieux à le suivre au jour le jour sur 1925. C’est un document d’importance considérable bien sûr (il évoque d’ailleurs cette lettre dans celle qu’il écrit à sa tante Lilian quelques jours plus tard), mais c’est moins ce qu’on y gagne de savoir, qui compte, que cette idée de la trouvaille, du lien direct. Hier, en passant rue Bonaparte sous la pluie, j’ai fait comme depuis des dizaines d’années petit arrêt devant la vitrine du marchand d’autographes (ah ce regret que j’ai de cette lettre de Saint-Simon aperçue une fois et qui était presque, presque dans mon budget...). Une lettre de Marcel Proust voisinait avec une de Baudelaire – elles étaient côte à côte, et c’était comme une justification rétrospective de leur rencontre physique dans mon Proust est une fiction, livre paru il y a 15 mois donc oublié. Aujourd’hui, c’est cette brève création sonore où Amina D. raconte ses incursions dans l’usine où on pilonne les livres : paradoxe que sans le hasard d’une discussion nous n’aurions pas eu la chance de cette séance d’atelier d’écriture sur livres pilonnés d’Annie Ernaux, mais à l’inverse, sans cette séance d’atelier grâce aux livres qu’elle nous avait procurés, aurait-elle raconté cela dans cet exercice de création sonore ? Je ne suis pas bibliophile, je ne suis pas collectionneur, je n’aime pas les vieux papiers et croule déjà ici dans ma petite piaule bureau sous bien trop d’archives et livres. Mais, quand j’explore les phrases de Lovecraft, ses lettres, le New York Times du jour pour ce blog 1925 tenu en temps réel, c’est bien le même sentiment que j’ai, alors que pourtant toutes ces archives sont accessibles, et que je n’ai pas besoin de me les approprier pour autant. Souvent on a cette pulsion, aussi, dans certaines bibliothèques de toutes petites villes, avec le fonds ancien soigneusement posé dans une pièce fermée à clé, mais toujours en attente d’être inventorié. Cette découverte d’une lettre de Lovecraft me touche précisément parce qu’elle était déjà accessible. Ce qui est inventé, c’est le lien (ce qui ne diminue en rien la prouesse du jeune chercheur). Ce n’est pas de vraie trouvaille, dont j’ai besoin : c’est de ce sentiment qu’elle est possible. Alors oui, je sais que cela dessine un contexte où onse retrouve dans la seule véritable posture qui tienne, celle d’avancer dans la langue, comme si justement elle n’attendait que cela. Et quand bien même ça reste un voyage les mains vides. Photo : bouquiniste, Shenzhen, nov 2014.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 30 janvier 2015
merci aux 65050 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • hier soir c’était "la blessure" (le titre original "the cut" (Fatih Akim, 2014) film genre épopée (on peut penser à "America america" (Elia Kazan, 1963) cent dix mille fois mieux, mais bon) (un peu lyrique, ode à une certaine idée de Dieu - si on veut, on pense ce qu’on veut, encore) dans la salle un vieux mec s’assoit au 2° rang (on était au troisième ), à ma gauche une vieille femme arrive en retard téléphone portable allumé continument pendant cinq minutes, le vieux type devant sort de son sac en plastique un casse dalle, qu’il engloutit, rote, puis un fruit qu’il gobe, puis un biscuit, puis un verre en plastique de je ne sais quoi, rote à nouveau moins fort puis va pisser ; la femme à ma gauche sort son gâteau, film plastique, le gobe ; le ciné c’est plus ce que c’était ; ou alors c’est les vieux qui ne sont plus comme il faut ; s’en foutent ; j’ai rien dit, ça m’a fait marrer ; sur l’écran, on s’égorgeait à ketchup que veux-tu, c’est sans doute pour ça) (le film est une coprod turco-deutscho-polono-franco- américaine, genre usine à gaz ; la salle c’était l’arlequin) (on balance quand même un peu dans le canard) (les deux, là, sont des habitués, c’est pour ça, tu comprends, ils sont un peu chez eux dans l’un des quartiers les plus pourris de cette capitale)

  • la coprod c’est italo-germano-turco- franco-polono-canadienne, pardon...

  • Aujourhui, celui est tant possible acheter un pret personnel sans fournir de justificatifs de revenus Neanmoins depuis la Loi Lagarde, autre part termine credit sans justificatif de ressources montant superieur a 3000 approximativement, celui-la est obligatoire de fournir des justificatifs identite, de residence et de revenus.

  • Lorsque toi faites seul demande de rachat de credit immobilier a ce meme banquier, toi allez pas acheter quelque systeme de novice, vous-meme voulez simplement beneficier unique taux plus bas, au niveau de iceux pratiques actuellement sur cela marche. Celui est apres credit sans justificatif bancaire logique dontcelui-la negatif toi-meme demande rien ou a peu pres. ailleurs, tenant vos calcul, celui-la connait admirablement vos finances.