05.07.2018, Oakland, homme noir faisant son travail

la ville d’Oakland au jour le jour, et la photo Google Street View du lieu précis où ça se passe


précédent _ sommaire _ suivant
Tout ce mois de juillet 2018, en résidence à l’Institut Français de San Francisco (programme a room with a view), une suite d’incursions virtuelles à Oakland sur les lieux d’un fait d’actualité du jour même, avec l’image Google Street View la plus récente en ce point au plus exact et précis. Parfois, à Oakland, la dernière chose qu’ils ont vue de la ville.

Le spectre du racisme s’est ravivé ces jours-ci lors de deux incidents similaires, des résidents des collines d’Oakland décrochant leur téléphone parce qu’un pompier en uniforme légal, mandaté par la ville pour ses inspections, était un Noir. L’un d’eux, un résident du quartier de Montclair, a appelé le Oakland Fire Department pour vérifier que l’homme y était employé. « Cela me semble un cas évident de racisme, et c’est une déception insurmontable » a dit l’adjointe au maire du quartier, Annie Campbell Washington. J’espère que cet incident nous forcera à nous questionner sur pourquoi nous appelons la police et créons sans cause des difficultés à quelqu’un d’autre. » L’incident précédent remonte à la semaine d’avant, émanant d’une résidente du quartier de Lake Merrit, appelant la police parce qu’une famille noire faisait un barbecue dans son jardin. « Je suis profondément troublée par le nombre de ces incidents qui s’en prennent à des membres de notre communauté noire, et maintenant nos propres employés, alors même qu’ils ne font que leur travail », a déclaré Sabrina Landreth, responsable de l’administration de la ville, dans un e-mail transmis à l’ensemble des employés municipaux. Les habitants des collines d’Oakland sont pourtant habitués à ces inspections annuelles, concernant 25 000 maisons ou propriétés, depuis que l’incendie de 1991 avait tué 25 personnes et détruit près de 3000 maisons d’habitation. Ces inspections ont pour but de vérifier qu’il reste assez d’espace dégagé entre les habitations et les zones boisées pour que les véhicules des pompiers puissent y accéder. « Tous les habitants d’Oakland sont prévenus chaque année depuis 15 ans de cette inspection », déclare Vince Crudele, chef du service de prévention. Les inspecteurs ont pour instruction de frapper ou sonner à la porte des maisons où ils se présentent, mais le règlement les autorise à entrer dans les propriétés s’ils suspectent un risque de propagation, ajoute-t-il. Malgré cette annonce préliminaire, le 16 mai dernier un résident a alerté la « communauté de voisins » après avoir aperçu un pompier, Kevin Moore, sur sa propriété. La porte-parole de la police, l’officier Johnna Watson, a reçu un e-mail accompagné d’une vidéo des caméras de surveillance. La caserne de pompiers 24, sur Shepherd Canyon Road, a confirmé que Kevin Moore était un de ses membres. « Un homme s’est approché de moi et m’a demandé : — Vous faites quoi ici ? puis m’a demandé une preuve d’identité. J’étais en uniforme, avec une radio et ma plaque. Notre véhicule de pompier était garé dans la rue. Il a photographié ma plaque professionnelle et dit que je devrais la faire refaire : j’ai la même depuis des années. D’accord, je suis un gars au visage très noir mais quand même on me reconnaît... » La police s’est refusée à préciser qui était le plaignant et dans quelle rue il vivait. Moore précise qu’il avait suivi le protocole et s’était annoncé. « J’essaye de me mettre à la place des habitants, si je vois quelqu’un dans ma cour je lui demande ce qu’il fait là. Alors j’appelle : — Hello, pompiers d’Oakland... J’essaye de ne jamais entrer incognito... »

 

 

source

 


LES MOTS-CLÉS :


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 juillet 2018
merci aux 683 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page