mais Christian B. est mort vraiment

derniers articles, ou
une autre page du journal au hasard (depuis 2005) :
transits parfaitement géolocalisés

Hier, pour ce monsieur salué sur le trottoir, et que j’avais pris pour ... , décédé il y a 2 ans, j’inscris "Christian B..." On apprend aujourd’hui que Christian B..., un vrai Christian B., que je connaissais, est mort. Alors on flotte dans les miroirs d’ombre : son propre reflet, les lettres de son propre nom deviennent l’ombre.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 décembre 2007
merci aux 271 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages