< Tiers Livre, le journal images : 2019.07.28 | absolue plastique du déchet

2019.07.28 | absolue plastique du déchet

précédent _ suivant

En ville on pratique l’enlèvement des monstres ou encombrants, pour nous dans les provinces automobiles et bord de villes la déchetterie est un espace socialisé passé progressivement au premier plan des fonctions organiques du vivre. Quelque par dans l’ordi j’ai un dossier d’un projet, ça balançait entre film et texte (mais ça remonte à 15 ans au moins), d’un type qui vivrait dans ce genre de lieu, mais fermé : gardien, gardien du rien. En attendant, j’y fais mon tour, un vieux tuyau d’arrosage raidi d’un bon quart de siècle, un vieux balai, une planche, un pot de fleur cassé, quelques bouteilles de verre, à peine un écart sur la rocade et voilà. Mais sûr, c’est rien du tout d’avoir l’appareil en bandoulière (« ah vous faites des photos... — non non, c’est juste que c’est mieux de le laisser dans la voiture »), et si je continue ce journal comme c’est parti, refaire e : pour les mêmes images sous d’autres lumières et saisons. Et puis oh, hein, vous arrêtez votre char avec le laid et le moche : pour moi, l’intensité des images c’est l’organisation des signes. Et ici ils sont la ville tout entière dans un seul entonnoir réfléchissant.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 juillet 2019
merci aux 316 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page