2019.08.03 | chemin vers le Tim Hortons

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
carrés urbains | hommes nus

précédent _ suivant

Pas de petit’dej dans le motel Mingan, avenue Laure à Sept-Îles, je marche à pied vers le carrefour. Ceux qui ont lu L’incendie du Hilton (il y en a ? le livre comptait énorme pour moi, première fois que je tentais une mise en écriture de ce qui menaçait le livre, désormais onde de choc — mais ça a correspondu à Olivier Bétourné viré de chez Albin Michel, et la vindicte sur les auteurs qu’il y avait amenés, puis remportés). Donc je marche vers le Tim Hortons. Tout à l’heure, la 132 qui prolonge l’avenue, on va la suivre pendant 4 heures. Dans notre année Québec, il y a 9 ans, on n’avait pas de voiture, juste on louait de temps en temps, pour les balades : je retrouve cette sensation de qui marce à pied ici, dans des espaces non prévus pour le piéton. Européens on sera toujours piétons dans la tête, eux Américains non. Je rapporte le gobelet de café à la chambre. La wifi du motel est très lente, je ne sais pas encore si je pourrai boucler l’upload de la vidéo faite hier soir sur les Furtifs de Damasio, où si elle devra attendre autre étape (si, ça marchera.

 


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 août 2019
merci aux 219 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page