< Tiers Livre, le journal images : 2019.09.18 | je n'ai pas fait ces photos

2019.09.18 | je n’ai pas fait ces photos

précédent _ suivant

Une des fonctions les plus conceptuellement énigmatiques de nos appareils modernes, c’est la possibilité de photographier avant qu’on déclenche l’image. Se photographie donc non pas ce que nous voyons et avons décidé de photographier, mais ce que l’appareil voyait en amont de l’injonction technique de photographier. Il paraît que c’est utile dans le sport (il ne me viendrait pas à l’idée de photographier du sport), l’appareil se souvenant de l’action qui précédait le moment que vous photographiez. Mystère que nous voilà en possibilité de photographier le passé. Non pas remonter en amont d’une seconde, mais il suffirait peut-être d’une molette pour que l’appareil photographie la scène un mois plus tôt, un an plus tôt. Voire même l’origine du monde. C’est la molette gauche du GH5, à côté de celle qui prend 8 fois l’image avec des points focus différents, vous autorisant à choisir dans l’épaisseur de ce que vous photographiez. Ci-dessous, trois images que je n’ai pas prises, puisque chacune me revient par l’appareil une seconde avant déclenchement. Sur des compositions urbaines fixes, ça ne change rien ? Du point de vue de la philosophie du temps, cela change tout : il nous est donné de voir les choses quand d’elles-mêmes elles ne se faisaient pas image.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 septembre 2019
merci aux 306 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page