2019.09.21 | Louvre musée vide #01


précédent _ suivant

L’imaginaire d’un musée est probablement d’abord ou aussi le musée vide. Le Louvre n’en ayant plus que pour la Joconde canalisée –- merci les sociétés privées—, saturée, deux heures d’attente pour vingt secondes et un selfie devant vitres blindées, la direction commerciale du musée (pas de sa faute, la pyramide est prévue pour 3 millions de visiteurs par an, on a passé les 10... mais la goujaterie supplémentaire de fermer arbitrairement et à tour de rôle tel secteur, par exemple le vendredi « l’Égypte est fermée », gentil pour ceux qui viennent de l’autre bout du monde) a choisi le musée-spectacle et le musée vide on l’a à loisir dès qu’on prend les traverses. Après c’est comme les livres qu’on relit, si on se laissait faire on reviendrait toujours aux mêmes endroits, on ferait toujours les mêmes photos. Pourtant, ce avec quoi on a rendez-vous c’est souvent un besoin profond, ancien. Dans la mesure où je vais y retourner régulièrement ces prochaines semaines, des petites tranches d’exploration, on verra comme elles s’assemblent.

 

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 21 septembre 2019
merci aux 610 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • (je bosse dans un musée sans collection : ce n’est pas qu’il soit vide mais souvent des lieux endroits coins détours comme abandonnés des gens - ils sont nombreux, trop, souvent) (les gens, et alors les lieux vides le sont de moins en moins) ce que vous avez subi est de l’ordre du normal, la ville en elle-même est un musée (cette scie est pourtant, parfois, une réalité) il y a une rue à Londres (celle d’Oxford je crois me souvenir) où la mise en place de feux de signalisation pour autoriser les piétons à traverser a été subordonnée au temps de stationnement devant les vitrines des magasins afin de permettre aux badauds de s’extraire du flux et d’entrer acheter quelque chose : c’est mignon comme tout - simplement on n’ira pas (devant les expositions des oeuvres des arnaud pinault et autres chiens dorés, les queues s’étendent tant qu’on a mis en place des coupe-file "very important person" moyennant finances, comme il se doit et se fait à beaubourg) tout ça manque singulièrement de lumière - ici un métro qui passe

  • super beau texte, super belle photo... mais faut pas oublier de signer !!!