2020.02.18 | arrivée de nuit à Chambéry


précédent _ suivant

Arrivé ce lundi soir 21h45 à Chambéry, voyage sans histoire, ordi sur prise électrique, sandwich et yaourt achetés gare de Lyon en partant. J’ai réservé à l’Ibis Budget, Google Maps indique que c’est à 12 minutes de marche, je n’ai qu’à suivre les pointillés. J’aime bien m’exercer aux photos de nuit, mais ce n’est pas la photo, qui compte, plutôt seulement cette éternelle sensation mystérieuse des villes closes avant de dormir, dans les quartiers sans enseigne (ce n’est pas tout Chambéry, en décembre ç’avait été le contraire, un hôtel dans une petite rue piétonne de l’hyper centre, et de la viande saoule jusqu’à 4 h du mat, ici ça ne risque pas). La dernière image c’est ce que je vois de ma chambre. Demain je retrouve le petit groupe d’il y a 2 mois, étrange sensation, vies qui se séparent, se recroisent. Du neuf pour moi, tenter que ça s’assemble en récit — j’ai apporté du Modiano, par exemple, je ne suis pas vraiment habitué à faire travailler depuis Modiano. Pour ça, peut-être, que j’avais besoin de les regarder, ces ombres de la ville. Jeudi matin 5h, je repartirai de nuit aussi, et l’Ibis Budget ressemble exactement aux autres que j’ai pratiqués — les 2 jours, la fac, pas sûr que je voie grand-chose d’autre mais qu’est-ce ça fait, si on s’en va croiser les mots.

 

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 février 2020
merci aux 257 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page