2020.04.03 | je ne veux pas qu’on me prive du monde


précédent _ suivant
Série de diptyques « soirs, villes » publiés quotidiennement sur Facebook à 22h pendant le confinement du printemps 2020 — en cours.

Nota : tant de regrets à nouveau que de juin 2015 à juillet 2019 j’aie supprimé toute pratique photographique au profit de mes apprentissages vidéo, ni avant 2003 — mais c’est comme ça.

Photos haut de page : Hervé Thiot (Airbios Bios) au pOlau de Saint-Pierre des Corps, 2015.

 

Cergy Préfecture, 18 décembre 2015.

 

Oujda, 31 mars 2013.

 

Nowhere Paradise, date indéterminée.

 

Bern, musée Paul Klee, 2004.

 

Montréal, 22 mai 2016.

 

Montréal, 25 octobre 2008 [1]

 

Fos-sur-Mer, aciérie Arcelor-Mittal, cokerie, nuit, janvier 2013.

 

San Francisco (1ère fois à), 24 octobre 2013.

 

Dans cette-ville-ci je m’étais perdu.

 

Sept-Îles, Uashat, 5 août 2019.

 

Route, un repos.

 

Chicago, sphère, 26 octobre 2013.

 

Bruxelles, vue de ma fenêtre, 6 mars 2006.

 

Bruxelles, rue le samedi, 15 octobre 2011.

 

Tokyo, Akihabara électronique et vue de ma fenêtre, janvier 2004.

 

Mont Fuji vu du Shinkansen, janvier 2004.

 

Naples, Institut français et marché, septembre 2005.

 

Genève, maison Mainou (stage théâtre), 17 septembre 2010.

 

première fois à Providence, 29 avril 2010.

 

Québec, hôpital psychiatrique, mai 2010.

 

Shenzhen, chantier, novembre 2014.

 

Shenzhen, l’air obscurci par les hommes pour moins voir ce qu’ils élèvent , novembre 2014.

 

Long Island, 5PointZ, 14 novembre 2014.

 

Le Havre, fête foraine, octobre 2012.

 

Destination nowhere, mars 2013.

 

Baltimore, rues & pèlerinage, 25 octobre 2013.

 

Meknès, esplanade, 14 mars 2013

 

Montauk, motel, juillet 2008

 

« Parfois, buter sur la mer et aller vers les morts c’était même chemin », disais-tu.

 

« Se défaire de ce que nous avions asservi supposait donc que l’histoire en soit réversible ? »

 

Halifax, port, 28 mars 2009

 

Aarhus, port, soir pluie, 24 octobre 2006.

 

Genova, port, départ Palermo, juillet 2009.

 

Pantokrator, 2007.

 

Toronto, rues de, 1er mars 2010.

 

Rome, villa Médicis, retrouvailles, janvier 2007.

 

Hong Kong, rues et passerelles, 1er novembre 2014.

 

Anywhere out of this world.

New York, hôtel Sofitel, nuit/jour, 12 novembre 2012 (merci Olivier Barrot).

 

Selinunte, irrémédiable fin des civilisations, juillet 2009.

 

Montréal, transit aéroport, 2 août 2019.

 


[1Là c’est mon vieux copain le silo de Montréal : chaque fois que je suis allé à Montréal je suis retourné le photographier ou le filmer (j’ai des dizaines et dizaines de clichés sur, disons, 14 ans) et puis à côté c’est ce pont où, j’en ai parlé plusieurs fois, j’ai eu une sorte d’expérience mystique : là j’étais retourné photographier non pas le pont lui-même (quoique chaque fois je retourne aussi faire la même photo), mais l’étonnement que m’avait procuré cette traversée mystique et à quoi elle m’avait ouvert.

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 2020 et dernière modification le 12 avril 2020
merci aux 723 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page