2020.06.08 | ne plus partir


précédent _ suivant

Exactement 25 ans qu’on s’est installé là, mais le fait d’être à 1h de Paris par TGV comptait beaucoup : à l’époque c’était tellement moins cher, en coût de loyer et en coût de transport. Ce qui veut dire qu’en moyenne 2 fois par semaine tu faisais le pendulaire.

En tout cas, première fois en un quart de siècle que je passe 3 mois pleins (11 semaines depuis le 15 mars dernier voyage) sans venir à Saint-Pierre des Corps : souvent même les copains me charrient avec ça, la petite photo rituelle de la gare, les retards de train ou suicides sur voie (tiens, au moins ça, ça aura baissé, avril sinon est un mois marée haute).

Ce samedi matin quelques trains ont repris, à des tarifs imbattables d’ailleurs, mais quand la porte se referme à la gare et qu’on s’est dit au revoir tu vois bien qu’il n’y aura pas grand-monde à bord. Tu verras le TGV semi vide dériver en s’éloignant dans la courbe comme si de rien n’était.

Alors juste comme ça, en 20 minutes de voiture par ce début de jour, dans les rues derrière la gare, jusqu’à Point Haut et les merveilles de la compagnie Off. Activité en moins, cela veut dire plus de locomotives garées, en attente.

Le train pourtant toujours symbole de voyage, en tout ce qui l’entoure. Noeud ferroviaire, usine d’essieux, c’est immense le ferroviaire à Saint-Pierre des Corps.

Et c’est bien ça qui te tracasse : peu de chance que tu reprennes le train avant des semaines, mais tu n’en souffres pas. Plutôt le contraire : une sorte de douceur à savoir que c’est là, que tout pourrait s’ébranler lentement à la surface du monde, mais sans toi.

Finalement c’est de ce sentiment que tu es le plus curieux. C’est plutôt lui, ce sentiment, que probablement tu photographies.

L’impression que ce détachement, ce ne pas partir encore en attente, est une question beaucoup plus intérieure que ferroviaire.

(GH5 avec Sigma 16mm f1.4).

 

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 juin 2020
merci aux 248 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page