< Tiers Livre, le journal images : 2022.04.05 | du lieu urbain

2022.04.05 | du lieu urbain

Le nom de la ville n’est pas un mystère, il apparaît à la fin. Mais je n’ai pas besoin que la ville ait nom : depuis 20 ans, avec pas loin de 15 000 photos en ligne sur ce site (au moins) et plus de 10 000 sur mon disque dur, j’accumule. Est-ce que cela représente ? non. Est-ce que cela documente ? non. Dans l’arbitraire des trajets, la contingence des routes et métier, capter des surgissements. Ils sont des convergences de géométries, des rassemblements d’à-plats. Peu même de signes. Ce qui plutôt aide à traverser le réel. Le réel qui se réorganise de l’autre côté de lui-même, par la photographie, c’est une ville complexe et obsédante, mais où je me rends dans les rêves et que j’arpente dans le rêve. C’est pour cela que j’emporte avec moi (ces photographies ont quatre mois, mais à remonter mon disque dur c’est tout le temps cela que depuis 20 ans je retrouve et retrouve) c’est cette ville sous le réel que je fais apparaître, pour moi et mon rêve — et peut-être ici en constituer l’indéfini fractionnement comme surface elle aussi indéfiniment prolongeable. Parfois je ne me réveille pas de ce rêve.

 

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 avril 2022
merci aux 110 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page