le sien était rose

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
2012.08.14 | Damvix, Damvix chez toi

En fait, commencer à lister ce qu’on peut faire ensemble dans une ville quand l’essentiel se fait devant écran. Ils sont partout, tant mieux. Dans les bistrots, même pas besoin de se tourner le dos. Ce type avait un PC rose bonbon.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 avril 2008
merci aux 457 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • La pièce était très bien mais une parole précise et le chagrin revient. Retrouvé une amie de façon fortuite, seulement les miens ne souhaitent pas s’attarder. Elle est elle-même accompagnée, suite de soirée déjà prévue. Personne n’a d’interstice.
    Je rentre hâtive et seule. Mon fils est à la maison, qui m’attend.

    Voir en ligne : traces et trajets

  • Muniche Konzertcafee, tard, un type vers la trantaine seul, un verre a la main,avait PC blanc,du monde partout,il boit, ecrit et rit, au font le pianniste se transforme en B.Evans. On regarde discretement

  • l’écriture de Popescu est renversante : commencé hier soir La symphonie du loup et grand regret de devoir le poser au matin

  • Je lis Antònio Lobo Antunes et Lisbonne et les ruelles étroites d’Alfama me manquent d’un seul coup. En même temps que son écriture m’écrase. Il faudrait le lire dans les jardins du Castelo São Jorge en gardant un oeil sur la ville en même temps. Derrière les façades sombres il y a ses personnages je le sais.

    Voir en ligne : Kill Me Sarah

  • cette journée passée à couper un paragraphe qui avait résisté, jusque là - avoir eu raison mais dans le déséquilibre, vers la page 20 à peine, on peine aux deux cents pages suivantes. Se méfier, vouloir retrouver le texte dans son déroulement. L’écran ne suffit plus, il faudrait imprimer, enregistrer sa voix – faire quelque chose, quoi ! Autre chose que l’écran.

  • Au travail, avoir manqué de concentration, et avoir scié la branche sur laquelle j’étais assis. Mais n’avoir pas entendu le craquement de la branche, avoir juste murmuré, pour soi même, merde.