valises et Betancourt

attente La Guardia et CNN en boucle




Orage sur Boston, aéroport désorganisé. Finalement, on nous expédie sur La Guardia dans un petit zinc de 16 personnes, arrivés 19h10, mais les bagages sont restés dans l’avion delayed et n’arriveront qu’à 21h37. Nouilles chinoises dans la partie vols intérieurs de cette Amérique qu’on retrouve tout de suite, celle des petits boulots, et de cette sorte de laisser-aller. Puis se planter pour 1h30, des fois que les horaires changeraient, dans le baggage claim quasi désert, alors qu’il est déjà 2h ou 3h du mat en heure française. Et dans le grand espace répétitif vide, chaque cinq mètres, un écran téléviseur avec CNN sans le son. Ainsi assistons-nous en direct, en longue durée, à la libération d’Ingrid Betancourt (qui passe largement après, ici, les 3 soldats américains dont ce père qui n’avait jamais vu ses jumeaux, ça c’est en boucle déjà). Content pour elle, quand même : et ça se voyait, sa joie.


LES MOTS-CLÉS :


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 juillet 2008
merci aux 764 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page