plat du jour

billets précédents, ou
une autre page du journal au hasard  :
quitter Montréal

Mangé avec les Verdier. Tout au long du déjeuner, pas cessé de m’adresser à la place vide, de l’engueuler même. Puis, en repartant, presque à en chialer, rage, peur. Bats-toi, mon gars, bats-toi.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 septembre 2008
merci aux 394 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages