Dijon


Dijon hier vu du train. Et aujourd’hui, 14 commentaires à ma phrase sur Face Book comme quoi En traversant lentement Dijon en train, ai cherché à voir si Chevillard y était, et non : il ment, il n’habite pas Dijon. Ce qui en dit long sur la propagation de l’autofictif ? Mais ne répond pas à l’autre versant de la question : faut-il habiter Dijon pour inventer ce qu’il écrit, l’Éric ?


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 décembre 2008
merci aux 544 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages