Québec|Laval, premier regard

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
carrés urbains | parking, Poitiers

Ces dix jours au Canada (puisque hors Québec et en Québec, double système administratif français pour division qui semble se confirmer bien réelle), trois ateliers d’écriture, le premier à Pointe-de-l’Église, le second à la prison de Gatineau-Hull, et la belle séance Koltès avec les étudiants création littéraire de l’université de Montréal (Benoît Mélançon, Élisabeth Nardoux-Lafarge).

Mais là, entrant pour la première fois dans l’université Laval, difficile de ne pas penser à ce qui vient d’être confirmé : l’an prochain, deux semestres en continu, me reviendra l’UV de création littéraire « roman », et donc la possibilité de confronter concrètement nos approches, puisque ici c’est enseigné officiellement à la fac (direction Alain Beaulieu).

Alors le regard accroche d’autres signes, les réserves de bibliothèques et documentation, les bouquins sur les bureaux des enseignants, l’utilisation des ordinateurs.

Et, malgré la neige qui reste de l’hiver, savoir que c’est ici le point nodal d’auteurs contemporains info, mais d’un travail théorique plus global, avec une vraie présence d’équipe (à preuve aussi ces publications où c’est Chevillard et Macé qui ici me précèdent...).

Et très fier – malgré évidemment le petit coup de trac –, que ce soit René Audet qui me fasse passer cette curieuse porte tunnel. Et quelle étrangeté de découvrir que ce cours hebdomadaire, quasiment de septembre à mai, aura lieu le mardi après-midi, demi-journée que j’ai si longtemps consacrée, ces 8 dernières années, à l’atelier d’écriture annuel de l’académie de Versailles (avec Patrick Souchon, qui lui aussi prend maintenant autre chemin).

un merci spécial à René Audet



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 mars 2009
merci aux 687 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Ces photos ne mettent peut-être forcément l’Université Laval en valeur mais elles ont le mérite de traduire, à mon sens, la période dans laquelle on se trouve en cette mi-mars, l’hiver laisse encore de (trop) nombreuses traces mais le printemps arrive doucement (normal, on est au Nord...)

    Heureux de savoir que vous serez l’invité de l’Université pour un cours qui sera sans aucun doute passionnant !