bas de gamme


Il n’était pas question de faire grand-chose aujourd’hui, calmer le début d’angine cause ces airs climatisés, et récupérer un peu de rythme mental, plus organiser le boulot à recommencer demain et la semaine qui vient – billets de train déjà pris, et finir par session 3 du stage Normale Sup, essayer de leur donner de l’épicé. Alors, entre différents bricolages, terminé d’équiper de mots-clés les planches d’images ci-joint. Le problème, c’est que j’arrive des fois à sauver les apparences maintenant, mais quand je vois les photos numériques au déclic via l’Olympus bas de gamme du début : tout recommencer ? Avantage des mots-clés pour remplacer l’index : rien qui m’empêche de mettre Nevers ou toute autre ville en mot-clé de cet article-ci...


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 7 juin 2009
merci aux 975 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ...et quasi rien fait non plus, si ce n’est mitrailler un vitrage à l’ancienne. Toujours ce peu de couleur d’annoté.

  • ...et la dynamique pas trop bonne non plus. Mais mitrailler le vitrage ancien, toujours cela de couleurs dans la grisaille des jours. Annotations.

  • 107 requêtes Google "fête des mères" ont mené aujourd’hui des visiteurs vers cet article de 2006 – le web me surprendra toujours... (vive l’ancienneté blog)

  • ...j’ai beau frotter ça ne part pas : je me rends compte après coup que cette empreinte digitale qui floute mon œil gauche n’a pas marqué le verre mais la pupille ; je n’ai pas de tissu, pas de produit pour décaper ces empreintes là...

    Voir en ligne : Omega Blue

  • L’adjointe au maire (vie sociale) m’a demandé : "vous ne seriez pas libre ce soir pour le dépouillement ?", je l’ai regardée bien dans les yeux en lui disant : "je ne crois pas, mais vous savez quoi ? les chiens, en face de chez moi, voilà un an et demi qu’un arbre a été abattu par une voiture un type bourré sûrement et ils ne l’ont pas remplacé...", "Euh, j’oublie les chiens, mais je ne savais pas...", "oui et je vous l’ai écrit dans mon courrier"... Flou, vague à l’âme, ange qui passe "je verrai demain, je passe vers chez vous". Oui, voilà : en même temps, j’aurais bien aimé assister et participer à cet épisode de la vie démocratique, mais parfois trop c’est vraiment trop... (photo : le grand soir 9h30, sur le faubourg)

  • Bureau de vote, une vieille dame, enfin juste un peu plus que moi, à la jeune Conseillère municipale Tenez Mademoiselle, elle, pincée, Non, Madame. Même pas flattée. La gueule.

  • Superbe arc-en-ciel tout à l’heure en fin d’après-midi, beaux contrastes de ciel orageux.
    On gardera ça en tête plutôt que la soirée électorale. Même si du coup ce soir, tout le monde aura parlé d’écologie. Et demain ?

    Voir en ligne : KMS

  • Ai trouvé dans un sac une feuille de couleur pliée toute petite, dessus écrit avec plein de tâches Maman je t’adore, avec un grand coeur, alors c’est sûr je les aime ces tâches !

  • Est-ce l’annulation d’une lecture dont je me réjouissais (et qui m’inquiète pour qui était annoncée) ? Est-ce le fait de retourner au Point Éphémère pour la première fois depuis ce jeudi d’octobre où j’aurais tant aimé me sentir autorisée à le faire ? Est-ce le fait d’avoir pensé à un moment ou à un autre et à la fête des mères et aux élections et de m’être dit "plus tard" et que le "plus tard" ne fut finalement pas ? Est-ce d’avoir revu "Good Bye Lennin" film émouvant et qui en plus datait de "son" temps ? Ou de constater que j’ai encore pensé "ton", comme si elle m’aimait encore et n’avait pas disparu ? Est-ce ce grand vide en toutes choses depuis que l’amour n’y est pas ?
    Toujours est-il que même l’ami revu (trop brièvement), même le joueur de flûte du Canal Saint Martin, même les parts réjouissantes du ciné, même Robert, même mon absence de lundi, rien n’y a fait.
    Triste à pleurer.

    Voir en ligne : traces et trajets

    • égarée ( je suis ) , pas comme le nageur de Romains ni la brebis de Siegfried , non , égarée pas du chemin ni de la lettre , non , égarée , hors du tracé connu

    • notre amie grecque de Thessalonique, quelqu’un sait-il ce qu’elle devient ? Je songe qu’elle manque à la fine équipe, elle n’aurait pas manqué de nous parler des élections européennes de façon passionnante.

    • Message transmis !

      En tout cas, elle est toujours une fidèle d’imeem...

      http://www.imeem.com/people/s4M41hE

    • Bonjours chers amis.
      C’ est vrais que je ne fais que ça, parler pour la vie politique de mon pays et pas seulement.
      Mes interlocuteurs, entre autre MV. De l’ autre cote j’ écris dans les blogs Grecs et c’est plus facile pour moi. Au moins vous ne souffrez pas des mes fautes d’ orthographe. Mon niveau de Français n’ est pas a la hauteur de votre blog. An attendant je préfère lire seulement vos textes.
      En Grèce les élections nous ont montre que la démocratie moderne souffre. Les jeunes étaient a la mer au lieu de voter. La désespoir pour les affaires Européennes est identique d’ un malade qui souffre d’ une maladie incurable qui voit la mort s’ approcher . Il ont réagit comme si la mer est vraiment plus importante pour l’ avenir de l’ Europe et ça parce qu ils ne voient pas leur avenir dans l Europe. Ils ne voient que des impasses.
      On voit le gouvernement blesse par les scandale financière comme l’ affaire "Siemens".
      Mon pays n’ avance pas, bien au contraire, il fait marche arrière et dans tous ça la crise économique mondiale pèse sur les institutions européennes et nationaux et les ecrase
      Nos démocraties souffrent, elles sont insuffisantes de garantir la représentation des peuples a tous les niveaux.

      je remercie AP qu il m’ a fait signe de cet message d’ Anne Marie Emery

    • Orsalia, on ne vous dira jamais assez que vos fautes d’orthographe, on s’en fout (et même, on les aime presque... mais oui !) Pour ma part je suis content de vous lire... Amicalement avec vous (ici aussi, les jeunes gens , pour 4 sur 5 d’entre eux, ne sont pas allés voter...)

    • Bonjour aussi à toi ; sois assurée que j’aimerais être capable de m’exprimer en grec comme tu le fais en français ; c’est tout à fait plaisant de te lire ;sache que l’ on ressent dans toute l’europe cette même désolation, cette impuissance à contrer, comme tu le dis avec justesse ce mal incurable, qui va gangréner la vie de nos jeunes ; ils vont se voir privés d’un tas d’acquis mis en place avec difficulté et conviction ; crois bien qu’on est tous embarqués dans ce sinistre et cynique tourbillon ; il se peut que les langues vivantes, et le net nous sortent un peu de notre tout petit coin, c’est la seule chose positive ;
      merci à la personne qui nous a remises en contact.
      très amicalement Anne-Marie

    • Je cherche des solutions pour ce phenomene de l indiference surtout des jeunes. Il n’ ont plus de reperes dans la societe qui les guideront vers l avenir . le role de l education dans tous ca ?

    • merci Orsalia d’être repassée par là.

      Voir en ligne : traces et trajets

    • Bonjour de Thessalonique.
      Il faut savoir que je passe tres souvent de votre quartier.
      J’ observe bien silencieusement pour ne pas gacher l’ ambiance entre amis, parce que vous avez ce privilege de connaitre l’ un le visage de l’ autre et parfois vous assistez tous ensemble aux evenements litteraires. Parfois je reussis d’ entrer dans les salles plein de monde et passer a cote de vous.
      Tous ca grace aux photos qui me permettent de capter un peu d air et meme de sentir les odeurs de votre ville et de votre pays.
      Mais ce passage reste clandistin comme si je vole quelque chose de vous.
      Apres les message d’ hier je ne sentirai plus comme ca.
      Je suis persuader que je participe a ce qui se passe dans Tiers livre.
      je vous remercie encore une fois mes cheres amies, Anne- Marie Emmery et Gilda et aussi AP qui m a prevenu.

    • Sois gentille de nous prévenir et on pourra se voir ; avec un peu de chance, on ne sera pas en voyage.
      Amitiés Anne-Marie

    • Même chose de mon côté : bon retour ici, Orsalia !

      Voir en ligne : Fenêtres open space

    • Parfois moi aussi ce sentiment de ne pas en être du club, ah ! ces clins d’œil devinés plus que compris d’un message à l’autre... Géographiquement tout près Paris, Tours, Bagnolet, Poitiers... mais à des années lumière de ma manière de vivre, d’être de la province. Pourtant avec Tiers Livre, Tumulte, le monde s’élargit, lire les uns, les autres, vous lire Orsalia, une famille se dessine avec ses enfants terribles et cela fait chaud au cœur.

      En ligne Même si