entrer dedans autour la ville


Temps à rebrousse-poil, presque : aborder une ville, mais comme en la laissant faire. Arriver avec billet d’avion sans retour, c’est marcher là en se disant qu’on reste, sans savoir pourtant, de la multiplicité des points abordés, lesquels reviendront résonants, lesquels seront des repères ou des vecteurs, ou permettront la récurrence, des lumières, des pas. Alors on laisse faire, et ce n’est pas du tout, alors, comme les précédentes villes où on a marché : on se déplace comme intérieurement fixe, et c’est toute sa masse qui devient mobile, profuse, complexe. Plus qu’on croyait, d’ailleurs, certainement.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 août 2009
merci aux 319 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages