celui qui crève les cercueils

billets précédents, ou
une autre page du journal au hasard  :
Québec, adieux | 2, forêts

"Celui qui crève les cercueils à coups de talons de souliers ou d’autre chose, par définition c’est un ange.
Cet ange-là – que veux-tu que j’y fasse ? – je l’emm... comme les autres.
Rimbaud, Vaché, Loti, Dupneu, Barrès et France... : il n’y a pas à dire, quand on parle, ça découvre les dents.
Viens sur moi : j’aime mieux t’embrasser sur la bouche, amour de lecteur..."

Lu ce texte de Ponge (in La rage de l’expression) ce matin dans l’heure cinquante d’approche. Puis passer aux objets : ils m’ont demandé ce que seraient les miens, si je faisais l’exercice, évidemment j’ai contourné la réponse (ou bien, probablement que j’y ai répondu ailleurs).

Mais ces objets industriels toujours énigmatiques photographiés sur l’arrière des camions, dans le bus Québec-Montréal, en faire un codicille à Francis Ponge ?


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 novembre 2009
merci aux 697 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • hier soir, E. était assez blanche (effet d’audition), charmante, sa tourneuse de pages C. charmante aussi (à 16 ans, la vie est univoque, hein), une trentaine, avec A. on s’écrit des mots, on sourit, elle m’empêche d’applaudir "non, y’en a deux...", Couperin, Duphly, Haendel, Telemann, Dieupart, Monteverdi, Frescobaldi, Hume, Bononcini, et en sortant, au coin de la rue de Naples, cette voiture mauve (Vanden Plass Princess, une rareté aussi âgée que moi, c’est pour dire)

    • retrouvé un peu avant la trop précoce tombée du jour le plaisir d’un court trajet dans les rues, ciel indécis, passants aux choix variables entre manteaux, doudounes et chemisiers - les chalets de Noël se remplissent - les touristes sont imperceptibles

  • L’invité du soir, quand il parle de son Michel parle aussi de moi. Une amie en rit. Elle sait la flagrance.
    J’achète un recueil des poèmes d’Anna Akhamtova.
    Il en parle une heure après.
    La déclaration de non-amour est belle et douce mais me fait pleurer. Je reste persuadée que ça aurait pu et bonheur à la clef. Il faut pourtant ne pas insister.
    Rechute de l’enfant en jeune adulte mais cependant. On est toujours inquiets comme parents.
    Les mois à venir vont être difficiles.

    Voir en ligne : traces et trajets

  • (c’est trop tôt là) il y a deux petits bolides rouges dans la vitrine de ce garage, une Triumph TR3 je crois, et cette Austin Healey Sprite un genre de pièce de musée, (plus vieille que moi, la vache elle se porte mieux) "vous permettez que je prenne en photo l’écusson de l’Austin, là ?" "vous faites collection ?", "ouais, euh ouais... et combien elle vaut ? " "13500..." (ouais, elle est moins cher que moi, en tout cas) (j’ai pas de prix) "ah oui, quand même hein... ça fait envie..."

  • Hommage aux barricades des faubourgs ?

  • On avait d’abord croisé sa voix, la conviction chaude avec laquelle il disait "j’aime profondément ce que je fais", puis le regard des autres voyageurs un peu méprisants envers l’homme noir qui s’exprimait plus bellement qu’eux.
    L’ordinaire des transports.

  • Test d’effort, pédaler branché du torse au dos. Soulagement. Depuis hier, penser à Goscinny qui y laissa sa peau.

    Voir en ligne : à chat perché