dévorait un mur jaune


Enfin trouvé Paul-Marie Lapointe en librairie, chez Olivieri, Côte-des-Neiges (sans neige) à Montréal. Dans le bus retour, lu p. 79 (texte complet) :

Je suis un homme qui dévorait un mur jaune. Panneaux, barricades, armoires de débauches, cadavres érigés, puanteurs de fer. Je suis un homme. Un mur ne garde plus mes portes. Je fais le repas d’un mur. Coeur de pierre, poumons de pierre, sang de pierre. Tout l’espace derrière le mur avalé : mon paysage derrière vos maisons d’hommes.

Il est né en septembre 1929, et l’exergue : La poésie est le réel absolu. Novalis.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 décembre 2009
merci aux 1437 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages