< Tiers Livre, le journal images : l'étiquette et la ficelle

l’étiquette et la ficelle

Encore à propos de la journée d’hier, les discussions parfois fascinantes sur les transitions entre le monde physique et le monde virtuel, l’Internet des objets ou la part symbolique qui se greffe sur la possession matérielle du livre. Dans cet espace où la technologie était si parfaitement partagée que tout semblait naturel, Kindle, iPhone, MacBook ou NetBook traînant sur les tables et le miracle que chacun ait repris les siens à la fin, à l’arrivée (d’accord, la contribution pour le repas c’était le physique en amont de cette transition) par vous accorder une étiquette et une ficelle (d’ailleurs parfois emmêlées). A mon habitude, je ne l’ai pas supportée longtemps à mon cou, et l’ai accrochée à mon appareil-photo. Mais d’autres (Karl ne jouant jamais des signes au hasard), remplaçaient leur nom d’état-civil par cette identité numérique à partir de laquelle (l’arobas indiquant la plateforme de médiation) on peut remonter au site, au courrier personnel etc... L’adresse web est la part sociale de nous-mêmes, ce que nous mettons en échange, ce par quoi nous reconnaissons les autres (moi-même, plusieurs fois, des phrases comme : « Ah, c’est toi le monde écrit » qui, prises littéralement, pourraient sembler curieuses. Ce qui s’annule de l’étiquette par l’arobas-pseudo, quel rôle dans cette transition dont on parlait en continu ?


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 27 février 2010
merci aux 662 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page