visiter (la ville)


Présenter sa ville à des amis qui passent. Mais on ne la reconnaît pas, la ville si longtemps grise, froide, dans ses conflits de vents. On a construit nos regards, nos pas : qu’est-ce qu’on ne voit plus ? Qu’est-ce qu’ils verront, parce qu’ils arrivent tout juste ? Après tout, on n’y pense pas. On fait comme pour soi, et puis à eux ensuite de revenir, s’approprier. N’importe quelle ville n’appartient qu’à celui qui la regarde. (Photo : Joachim Bon – mais trouvée sur mon appareil.)



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 avril 2010
merci aux 312 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages