la ville la terre


Faire le tri, disposer dans des cartons. Ce qu’on donne, ce qu’on jette, ce qu’on rembarque. Livres qu’il ne vaut pas la peine de, ou livres qu’on est content de. Mutation informatique : c’est le disque dur qui inclut le plus de traces matérielles, et ça c’est facilement transportable. Si peu d’acquisitions matérielles – fringues pour le grand froid, mais on nous a privés des vrais grands froids, hiver qui a trop vite passé, comme le reste. Replacer dans les cartons les livres qui ont servi aux ateliers et aux cours, en même temps que sur l’ordi on prépare ce qui se fera l’an prochain d’ateliers et cours, avec les mêmes livres. Un rapport de décalage dans le temps symétrique du décalage géographique. Dans ces rangements, je range aussi les disques durs. Ci-dessus, novembre 2008, une des toutes premières images numériques faites à Montréal. La géométrie des villes américaines. Dans l’idée fantastique de la ville, comment est-ce qu’il sera possible de se délier de l’Amérique ? Je veux bien revenir, je ne veux pas quitter l’idée de la ville.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 juin 2010
merci aux 258 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages