< Tiers Livre, le journal images : on reading

on reading

Ce qu’il faut réapprendre, c’est moins le temps que l’étroitesse – une distance plus limitée dans l’occupation du monde. Maintenant, de quel pays vraiment sommes-nous, y a-t-il vraiment une identité en deçà du traditionnel citoyen du monde ? C’est peut-être cela que je sais le moins. L’écran recrée un pays, mais pas un pays suffisant, où on puisse entrer et tout oublier, quand bien même on voudrait. La lecture sans doute est cela, et l’écran juste l’illusion qu’on pourrait traverser, tandis qu’avec le livre on prend écart, mais le retour est lié à la lecture qui cesse. Avant-hier matin, comme une surprise à retrouver le Paris pourtant tellement connu. Quelques heures, plus tard, au Jeu de Paume, on travaille sur les photos de Kertesz On reading. Elles n’ont rien de secret, on les trouve même facilement sur le Net. Mais c’est bien que la question de lire, depuis 2 jours que j’ai ces tirages avec moi et texte à remettre fin août, plutôt cette question du temps et de l’identité, et de ne pas forcément appartenir à ces murs contre lesquels on heurte tant et tant.


LES MOTS-CLÉS :
François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 juillet 2010
merci aux 556 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page