VOUS ÊTES DANS : #sommaire journal

0 | ... | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | 63 | 70 | ... | 1470

Non non, ce n’est pas de mon web-copain Hubert que je veux parler (tiens, au fait, je lui dois un casse-croûte), mais de ce panneau d’affichage pris à l’iPhone en redémarrant du feu rouge, à travers la vitre passager. La vie est ainsi faite que je dois quand même me rendre à la gare de Saint-Pierre des Corps alors que ce n’est pas moi qui prends le train (oui, 2 semaines sans train). D’abord j’ai cru que c’était encore une de ces pubs pro ou anti-taxis mais non. Qu’est-ce qu’ils vendent, je n’ai compris (...)

Autrefois, nos éditeurs étaient nos boîtes aux lettres : une respiration privée et personnelle. Maintenant, le mail est sur le site (mais attention : je ne fais pas facteur pour les auteurs qui eux n’y sont pas, sur le web – encore là hier soir une requête pour le mail de Guyotat, avant-hier pour celui d’Echenoz, non mais oh). Alors maintenant c’est tellement rare, une lettre retransmise par l’éditeur, on se dit que la seule façon de répondre ça risque bien d’être par voie postale et manuscrite et (...)

On s’attend à ce que les petits êtres en pleine découverte et étonnement de leur langage, et du rapport qu’a ce langage aux choses, aient une phase où on souhaite avant tout devenir pompier ou pilote d’avion (version masculine). On considère les déterminants, on oublie le verbe qu’on promulgue pour les appeler. Ce même matin, l’ami A., en charge d’un peu tout à l’école et bien plus que son statut (ce qu’il est donc devenu de directeur des études et coordinateur de la recherche, s’en vient comme chaque (...)

C’était hier sur le Facebook de Candice, vous savez bien, TheOneShotMi : « Je vous avoue que cela va coincer au niveau du tarif car nous travaillons en général avec des rédacteurs qui proposent des tarifs entre 0,03 et 0,06€ le mot... »
Au départ ça vous tire un maigre sourire en coin. Quand je rémunère des étudiants US pour traduire un de mes textes ou confs in english, le tarif convenu c’est 5 cts du mot, donc ça ne me choque pas qu’un texte soit évalué au nombre de mots, même si bien rapiat tu vois. (...)

Stockage illimité c’est nous-mêmes, en fait. Tout ce qu’on n’a pas le droit de redire, alors que c’est là dans la tête, toutes les phrases entendues de la veille, les moments creux, les surprises, les moments où il aurait fallu écrire, ou photographier, ou filmer. Le travail que c’était de noter tout cela dans les cahiers, et la contrainte que tu te fais de tout faire ici à ciel ouvert qu’est-ce que cela t’oblige à garder en toi qui s’effacera, mais que tu ne pourrais dire ici. Ou la vidéo qu’auraient (...)

Journal irrégulier, comme disait l’ami Darley disparu il y a bientôt un an ? Le journal se tient pourtant dans la tête en continu. Mais on est dépositaire de choses qui ne nous appartiennent pas, surtout dans le bain de l’école d’arts, où les problèmes ne sont pas enclos par les murs. Matière humaine vive, qui nous implique quoi qu’on en ait. Peut-être dans deux ans (ce sera la limite d’âge, faudra que je dégage) tout rassembler dans un livre, on verra. Caisse de résonance sensible, qui amplifie le (...)

Une semaine que je suis au Japon, retour demain matin aux aubes, et rien écrit dans le blog. Je ne sais même pas si je suis encore au Japon d’ailleurs, Sapporo ressemble plus aux grandes villes canadiennes de l’ouest ou même Toronto.
Le temps de la vidéo est complexe : la prise de vue peut être ramassée sur 3/4h, mais dans la même intensité qu’écrire. Et j’ai mis en ligne chaque jour une variation, un exercice de 7’ à peu près, soit 2h de montage brut et c’est parti. En gros le temps que j’aurais (...)