VOUS ÊTES DANS : #sommaire journal

0 | ... | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | 63 | 70 | 77 | 84 | ... | 1470

Depuis 15 jours c’est la bagarre. On a nettoyé et bombé tous les accès, tous les joints, toutes les bordures. Et pourtant, principalement le soir ou à l’aube, ça y est on en voit une, immobile, posée là dans un coin, un angle du mur en hauteur, carrément au plafond ou en plein milieu du carrelage. Ces araignées noires sont énormes. Elles ne tissent pas de toile, se tiennent juste là immobiles. Mais ont d’étonnantes réactions de vivacité quand vous les approchez, à croire qu’elles perçoivent visuellement (...)

Mes 2 vidéos s’intituleront : « se réveiller à Bruxelles » et « se réveiller à Niort » et fonctionneront en flash-back. Dans le transit Montparnasse, un peu de mal à se souvenir d’où je venais et pour où je partais – seule certitude, à cause d’un suicide de plus, triste saison, le train aurait 40’ de retard. Dans ces journées avec le trimballage, les rencontres et attentes, et les quelques minutes d’intervention sans filet, c’est la question du doute qui l’emporte. Sur ce qu’on peut dire et qu’on dira, puis (...)

Dans le grand bruit confus du monde, les petites choses absurdes n’ont guère de signification et pourraient ne provoquer qu’un haussement d’épaule. Ou le compléter de ces moues de mépris auxquelles on est tellement habituées, quant à l’abrutissement dû à Internet.
Qu’est-ce que c’est, dans le grand flux des morts, des famines, des exils et migrations, parmi la route noire des noyés (l’expression désignait traditionnellement le fond de l’océan, de l’Afrique aux Antilles), sinon précisément l’absurde rictus (...)

Pour la 4ème année successive, je commence tout bientôt cycle de cours et ateliers, 2 jours par semaine, dans une école nationale supérieure d’arts, je le vis comme une chance, la façon dont ça me booste au contact direct d’étudiants en pleine recherche et transition vers eux-mêmes, dans toutes les techniques qu’ils convoquent. Pour la façon dont l’expérience évolue, la forme studio de présentation des travaux, et tout simplement parce que ça m’oblige à travailler pour relancer vers l’extérieur – là par (...)

Grand ciel bleu hier et ce premier allègement de l’automne, en fin d’après-midi on décide une échappée dans ce coin, à 1h30 de marche ou 8 minutes de voiture (moi c’était la voiture) où la Loire s’élargit et découvre un très large banc de sable. C’est un endroit qu’on aime bien, on y va depuis longtemps. Il a donc été plusieurs fois photographié sur ce blog – par exemple ici je trouve juin 2006. J’ai souvent ce fantasme, depuis que j’assume mes vidéos : refaire temps arrière et reprendre en vidéo des instants (...)

Ces moments de bascule d’une année scolaire à l’autre (c’est ça nos années, beaucoup plus que le changement d’année civile) est une sorte de trou d’air, de déséquilibre avec le monde qui semble si fort occupé d’un côté, et vous si fort désoccupé de l’autre. Va se refaire le moment où on va être rongé par les tâches par lesquelles on rampera de mois en mois, mais on a encore des journées vides. On pourrait imaginer à regarder l’agenda synoptique du Mac qu’on en profiterait pour se lancer à fond dans les grands (...)

Qu’on me pardonne la petite approximation grammaticale : c’est bien des éditions de Minuit que je vais parler. Et de quelques problèmes (ou justement, avec Minuit, de non problèmes) touchant les droits d’auteur, les contrats et le juridique aux temps numériques.
Rappel : spécificité française (et uniquement française) d’une exception au droit commercial, qui limite les contrats à 10 ans, pour les contrats d’édition qui, eux, peuvent s’aligner sur la durée de la propriété intellectuelle (70 ans post (...)