Louise Imagine | un autre horizon ?

sur la piste de « Il pleuvra demain »

un autre texte de la revue, au hasard :
Sylvie Blondel | Buchenwald Transmission

Elle se présente comme ça :

Photographe depuis que son père lui a mis un Nikon FM2 entre les mains, Louise Imagine a vu nombre de ses travaux exposés (Transphotographiques, rencontres d’Arles) et édités (Blancs, Instant T, La Croisées des Marelles). Photographies de plateau, portraits, reportages, ... tout intéresse cette touche à tout multi-passionnée. Louise codirige actuellement la revue graphique et littéraire La Piscine. Elle est également directrice de la collection photographique Horizons chez publie.net.

Mais j’ajouterais que Louise Imagine (pseudonyme de Carine Lantier) serait pour moi un des meilleurs indicateurs de cette mutation en profondeur du statut et de l’action des photographes aux temps numériques. Qui la suite sur Twitter (@Louise_Imagine) ou sur Facebook sait comment sa présence en tant que photographe s’exprime en terme de flux, associé à un territoire (Montpellier et ses rivages, souvent), un mode (les séries noir et blanc où grandit depuis plusieurs années une petite fille souvent vue de dos, mais pas toujours), ou la respiration toujours collaborative (avec Isabelle Pariente-Butterlin, Jean-Yves Fick, Sabine Huynh pour les noms croisés aussi ici dans la revue).

Alors l’image ci-dessus une façon de la saluer elle, et la parution du premier numéro de cette revue La piscine.

Et retrouver ses photographies sur Louise Imagine, le site, sur Il pleuvra demain, ou sur son compte Instagram. Ou, tout nouveau, ces passages aléatoires.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 avril 2016.
Cette page a reçu 346 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).