Emmanuelle Cordoliani | Point de fuite

« construire une ville avec des mots », les contributions

À sa sortie du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Emmanuelle Cordoliani est cooptée dans l’aventure de l’Institut Nomade de la Mise en scène. Rapidement transfuge du Théâtre vers l’Opéra, sa préférence reste aux répertoires rares et aux projets atypiques, entremêlant texte et musique, qu’elle imagine dans le cadre de sa compagnie CAFÉ EUROPA. Cet exil choisi la porte vers l’enseignement (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Sciences-Po, Institut Français...) et vers la médiation culturelle (Ensemble intercontemporain, Orchestre de Paris...). À l’invitation des Festivals d’Aix en Provence, de l’Empéri, Mens Alors ! et Sevicq Brezice, elle approfondit un travail de création en compagnie d’instrumentistes, à la fois en qualité de dramaturge et d’interprète. Emmanuelle Cordoliani est lauréate de la Bourse Beaumarchais-SACD 2012 pour le livret de La jeune Fille sans Mains. Elle est la fondatrice et le community manager du groupe Facebook Une certaine dose de poésie. Site : Emmanuelle Cordoliani.
proposition n° 1

Il entre dans la propriété où il passait, enfant, les vacances. À voir dans quel état il en revenait, alors, c’étaient plutôt les vacances qui devaient passer sur lui. Il n’a compris que très récemment que le nom de la maison signifiait “ petite barque ” — barque, en fait —, et non une abréviation du mot baraka.

Tout n’est pas beaucoup plus petit.

Tout est seulement plus neuf ou plus vieux.

Les souvenirs sont là, domestiques en rang pour l’arrivée du maître… fantômes sans dents, sous l’écriteau ATTENTION CHIEN MÉCHANT.

Le dortoir des enfants, au grenier, il l’a déjà revu ailleurs, dans d’autres maisons. Il ne monte même pas l’escalier.

L’odeur du café de sa tante Mireille, il l’a attrapé par hasard, avec un vieux pot de fer chiné à l’occasion idéale d’une foire à tout de l’autre bout de la France.

Le chêne, il le prend dans ses bras. Il ne va pas s’éterniser.

Il entre dans la maison où il jouait, enfant, aux vacances. Une maison lego, inventée par un homme vivant qui vivait dedans. L’homme de sa tante Mireille, avant, mais remarié, avec femme et enfants, une situation simple, finalement.

Sans toile d’araignée, sans recoin, sans petitesse. Contemporaine, on disait, en articulant prudemment.

Lumineuse et minérale. Des tortues immensément patientes dans un patio de sable.

Un autre monde à 300 mètres en amont abrupt de la baraka écourtée. Là non plus, il n’y a pas à traîner.

proposition n° 2

Point de départ : Lycée Jean Hyppolite
Appartement : vide
Situation : élevée
Fonction : de fonction
Exposition : double, béton / forêt
Personne morale : propriétaire
Personne physique : occupante en transit
Personnes métaphysiques : préoccupantes permanentes
Mobilier : un lit double, une table dans la cuisine, une chaise dans la cuisine, un coûteux canapé en cuir gris.
Petites cuillères : pas l’ombre.
Blanc : carrelage partout
Vert émeraude : SdBaignoire
Très framboise : salon
Ecran disproportionné : Blue Velvet
Bleu pipi : cuisine
Caméléon dormeur : chambre de rêves
Point de fuite : Forêt

proposition n° 3

Des bagnoles. Les convictions affichées sur les vitres arrière : NON AU NUCLÉAIRE ! Bébé à Bord ! Match amical samedi 19 Juin ! Sur les banquettes, des poils de chiens, des bouteilles en plastique pas entièrement vides, des paquets de photocopies d’exercices de math, un ballon en pleine insolation, tout le saint-frusquin que trimballent les profs à longueur d’année. Rien qui ait de la valeur. 

Des voitures. Trois ou quatre, en comptant la Mini publicitaire rose de l’Institut de Beauté du Centre de Thalasso. L’administration, les visiteurs.

Une poubelle intergalactique : le camion à incrément infini du concierge.

Une caisse de luxe. Tout est relatif : une Mercedes. Récemment chahutée
Un véhicule de la police.

La nuit, seulement un parking vide. N’était l’insistance d’une des alarmes tuning du camion, et la route qui finira par atteindre la mer, soixante-cinq kilomètres plus tard.

proposition n° 4

Bois / Parking, Lycée, planque / Bois / Route de la mer / Bois / Zone ( forcément, mais déduite, plus trace que dans la rationalité ) artisanale, mettons / Bois / Pavillons ( probables ) / Papillons ( certains ) / Trou noir ( zone dedans ? ) / Miniature de Rochefort, sa pierre blanche, sa porte de la ville, son hôtel d’un premier séjour avant, avant : craqueur de marches moquettées en province, presqu’à mi-temps. Là, profil bas, invisible, pas un regard dans le rétroviseur en passant devant / Toile de jean neuve jusqu’à la sortie de la ville / Bois / Forêt / Fantôme d’un sanglier jamais vu, mais raconté, rhabillé d’un petit manteau en crochet mousseux moisi de légende provinciale / Forêt / Bois / Gare, le nom échappe / Changements…

proposition n° 5

Quand on se lâche dans les rues de la virtualité, d’un seul coup les 50 Dinky Toys du parking se réduisent à deux. La camionnette du plombier-chauffagiste- climatiseur Dupré, garée à propos à l’ombre d’un pin parasol à aiguilles réfractaires, entre deux marquages BUS dont le B tend à s’effacer pour donner à rêver un instant à l’essor de l’artisanat français à Sacramento. “ Spécialiste de la maîtrise de l’énergie, de l’air et de l’eau ” annonce le flanc du camion, mais rien pour déclarer qui a eu la maîtrise du bois et de la terre en suffisance pour planter à deux pas du char du démiurge une sorte de poubelle à rabat en rondins — hutte pour castor convalescent du Parc de Yosemite ? Abri à oiseaux nocturnes ? — sans le sac plastique noir qui déborde, on pourrait tout s’imaginer. D’ailleurs on ne se gêne pas en voyant s’éloigner discrètement ce couple improbable de banalité estivale, apparu simultanément à la disparition de dizaines de petites autos. Le motif de moucharabié gris clair sur fond blanc de son combishort, resserré à la poitrine par une faveur drôlement rose, pas plus que les larges rayures bleu-bleu-blanc-rouge du T-shirt de son compagnon ne peuvent une seconde distraire l’oeil exercé de leur musculature de marcheurs surentraînés, ni du sac en papier kraft qu’elle tient négligemment au bout de son bras droit, alors même que le contenu, manifestement trop lourd, en boursoufle comiquement le fond.

Sinon, les stores blancs immaculés de l’appartement du deuxième étage — au dessus de celui du concierge, avec les brises-vues — sont fermés. Cela va tout seul.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 9 juin 2018 et dernière modification le 16 juin 2018.
Cette page a reçu 139 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).