Marc Ferrand | Mémoire du corps

« construire une ville avec les mots », les contributions

Marc Ferrand est l’auteur expérimentateur du blog Dernier endormi et de la chaîne YouTube associée.
proposition n° 1

Sans même s’en rendre compte, chanson d’adolescence qui tourne en boucle dans sa tête. C’est étrange ces choses de l’esprit et du cœur qui s’impriment jusque dans la mémoire du corps.

Quand ces quelques accords ont franchi le seuil de sa conscience, il a longuement pleuré en silence et sans larmes ; revus, les lits avec leurs dessus d’un bleu qui avait connu deux ou trois générations, l’odeur si particulière de l’appartement, les printemps insouciants quand il rêvait d’une amoureuse tout en contemplant les platanes de l’avenue. Quand les rires n’étaient pas moqueurs, quand les passants ne semblaient pas hostiles, quand les bruits de la ville n’étaient pas menaçants.

proposition n° 2

Le salon avec revue sur le balcon, les platanes revus du balcon. Le printemps puisque ça recommence ici, sous le soleil bienveillant.

Tant de beauté redonnée, parce que c’est une avenue, parce qu’elle pourrait être à venir bien que déjà passée par là. Discrète, subtile et délicate, comme les premières feuilles qui décrivaient les premiers émois de la ville. Les premiers emballements et coups de cœur, les verres pris en terrasses, au détour d’une rue ou bien l’assise d’une place, quand tout redevient léger, puisque l’instant retourne le passé.

proposition n° 3

Il n’y aurait plus les mêmes meubles et on ne connaîtrait pas les gens qui habiteraient ici, mais ? on aurait osé sonner. Est-ce qu’on aurait sonné ou frappé ? on ne saurait pas, même au présent on ne sait plus. C’est troublant quand on revenait dans ce nulle part du rêve, quand on verrait L — Appartement — Français — Moyens — Plus — De — Quand — On — Aurait — Pu — Habiter — Ici ; investi par des étrangers à cette vie — qu’on — aurait — pu — avoir — ici, ces gens qu’on ne connaîtrait pas.

Dans l’alcôve du lit de cette grand-mère qui n’aurait pu vivre ici, il n’y aurait plus les dessus de lits bleus petite enfance, adolescence ; ce serait du Ikea et des journaux bobos parisiens, un écran géant châtré d’informations et à en—castrer — au — mur — Sébastopol, quelques reliques ou instruments de musique à la mode de l’actuel Paris, pas le Paris qu’on aurait pu connaître.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 11 juin 2018 et dernière modification le 11 août 2018.
Cette page a reçu 243 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).