lettre n° 2 | ça tumulte

info point hebdo


infos François Bon, lettre hebdo

lettre n° 2

nous sommes 55 cette semaine, bienvenue aux nouveaux, et petit mot bref

en ligne sur tierslivre + tumulte

tumulte.net m'entraîne progressivement vers les rouages de la littérature fantastique, c'est une expérience nouvelle et curieuse pour moi
d'où l'importance de ces textes très brefs, qui se répartissent progressivement en séries, introduisent une relecture autobiographique, et respectent la contrainte de n'avoir pas d'autre existence matérielle que sur les serveurs géants de mon hébergeur ovh.net
cette semaine par exemple retour à la série offshore, à la série chez les morts, et à cette frontière autobiographie/autofiction
depuis toujours, je n'écris pas avec des dictionnaires (sauf CDRom Littré), mais des cahiers accumulant des citations d'auteurs : c'est ce fonctionnement que je prolonge avec la constitution parallèle d'un dictionnaire, qui est aussi façon de creuser une idée de communauté, ces deux derniers jours via Volodine ou Roubaud
on peut aussi entrer dans tumulte par l'intention, le projet ou par l'index global

livres et sites

j'avais parlé la semaine dernière des Chroniques de Bob Dylan, cette semaine relu d'un bloc dans le train Slogans et la préface d'Antoine Volodine à Maria Soudaïeva, dont finalement on se moque bien qu'elle ne soit qu'un hétéronyme, c'est décidément un bloc de lave, et sans doute bientôt un classique : destin rare, mais mérité pour Antoine le silencieux, sans doute qu'on rêve tous, chacun pour soi, d'une telle traversée qui vous prendrait _ au Livre à Tours j'avais commandé les Cahiers Paul Valet publiés en 1987 au Temps qu'il fait, du coup je découvre aussi ses Multphages publiés en 88 chez Corti, décidément un auteur qui me colle de plus en plus près _ de passage aux Cahiers de Colette, je complète ma collection de Bernard Stiegler en sa présence (Philosopher par accident), ou lire ici sur le Net: "Je soutiens qu'il faut poser la question esthétique à nouveaux frais, et dans sa relation à la question politique, pour inviter le monde artistique à reprendre une compréhension politique de son rôle. L'abandon de la pensée politique par le monde de l'art est une catastrophe. Je ne veux évidemment pas dire que les artistes doivent "s'engager". Je veux dire que leur travail est originairement engagé dans la question de la sensibilité de l'autre. Or la question politique est essentiellement la question de la relation à l'autre dans un sentir ensemble, une sympathie en ce sens." - sur cette question on échangera avec Bernard Stiegler lors d'un colloque au prochain festival photo d'Arles (6 et 7 juillet), thème des journées: l'engagement, titre de mon intervention: "Un mot périmé, une expérience à amplifier" _ et pour mon anniversaire je me fais offrir demain Marmontel, Elements de littérature, une somme
côté sites, cette semaine, l'étrange façon dont le Net, par le rapport à l'intime qu'il crée, nous emmène jusque dans le deuil, formalités administratives, toilette du mort, très simplement dits par Patrick Rebollar, décès d'un vieil homme dont on avait su le visage, le pays natal: encore un petit seuil franchi pour l'outil virtuel, et les interrogations qu'il met en travail dans notre petite communauté virtuelle _ et aucune indiscrétion pourtant, mais une autre conjonction: celle par exemple de retrouver les sensations de lecture du magnifique livre Le Passeur, de Furui, traduit par Véronique Perrin (qui devrait bien s'y remettre)

actu de la semaine

ce jeudi 19 mai, lecture de Billancourt au musée de la mine à Saint-Etienne, accueilli par Jean-Bernard Vray, quelques images en ligne
du lundi 23 mai au jeudi 26, lecture au Centre dramatique régional de Tours, lundi je lis Agrippa d'Aubigné avec le violoniste Dominique Pifarély — nous accueillons ensuite André Markowicz, Pierre et Gabriel Bergounioux, enfin jeudi Antoine Emaz

François Bon _ http://wwww.tierslivre.net

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 21 mai 2005
merci aux 978 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page